Paras de tous les horizons
Bienvenue sur Paras de tous les Horizons...

Si vous êtes membre du forum, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de cocher connexion automatique.

Si vous avez oublié votre mot de passe, cliquez sur «Récupérer mon mot de passe » sous les cases de connexion.

Un petit rappel :

Seuls les membres présentés, peuvent envoyer des messages...!
http://paras-pth.forumactif.com/f3-presentez-vous

Bonne visite et surtout bonne participation…
Paras de tous les horizons

forum de discussion sur les parachutistes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frappes en Syrie....

Aller en bas 
AuteurMessage
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Frappes en Syrie....    Sam 14 Avr 2018 - 1:36

Certains sont pour, d'autres contre.... Il n'en demeure pas moins que cette nuit, les USA, la Grande Bretagne et la France ont frappé la Syrie - sans faire de victimes si l'on en croit la Russie...


Jamais en retard, Laurent Lagneau publie un récit assez complet sur le côté français - extraits :

Elles étaient annoncées depuis plusieurs jours pour répondre à l’attaque chimique de Douma [Ghouta orientale] attribuée à Damas. Et elles ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 avril. En effet, des sites liés au programme syrien d’armes chimiques ont été frappés par les forces américaines, françaises et britanniques au cours de plusieurs raids distincts.

« La ligne rouge fixée par la France en mai 2017 a été franchie. J’ai donc ordonné aux forces armées françaises d’intervenir cette nuit, dans le cadre d’une opération internationale menée en coalition avec les Etats-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni et dirigée contre l’arsenal chimique clandestin du régime syrien », a annoncé le président Macron, via un communiqué accompagnant une vidéo montrant le décollage de Rafale armés du missile de croisière SCALP. « Notre réponse a été circonscrite aux capacités du régime syrien permettant la production et l’emploi d’armes chimiques », a-t-il précisé.

Un responsable militaire a indiqué que les forces américaines engagées dans cette opération avaient tiré « des types de munitions divers », dont des missiles de croisière BGM-109 Tomahawk. Des bombardiers B-1 Lancer ont également été sollicités.

Selon le chef du Pentagone, James Mattis, le nombre de munitions tirées a été deux fois plus important que lors de la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat, où 58 missiles Tomahawk avaient été lancés en réponse à l’attaque chimique de Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017.

« Le but est simple : empêcher le régime de faire à nouveau usage d’armes chimiques », a expliqué, plus tard, Florence Parly, la ministre française des Armées. « Le principal centre de recherche (de ces armes) et deux autres sites ont été frappés depuis des moyens navals et aériens », a-t-elle ajouté.

S’agissant de la contribution française à cette opération, Mme Parly a précisé que « des frégates multimissions, accompagnées de bâtiment de protection et de soutien, ont été déployées en mer Méditerranée » et que « dans le même temps, un raid aérien est parti en début de nuit de plusieurs bases aériennes en France afin de rejoindre les côtes de la Syrie ».

« Ces différents moyens ont tiré de manière parfaitement coordonnée des missiles de croisière […] en étroite synchronisation avec nos alliés américains et britanniques », a encore fait valoir Mme Parly. « Nous avons veillé à ce que les Russes soient prévenus en amont », a-t-elle dit.


L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un large réseau de correspondants sur le terrain, a rapporté qu’un centre de recherche scientifique, plusieurs bases militaires et une caserne de la garde républicaine syrienne à Damas avaient été visés.

La télévision d’État syrienne a confirmé qu’un « centre de recherches » dans le quartier de Barzé [nord-est de Damas] avait été effectivement visé. En outre, elle a affirmé que des missiles ont été « interceptés » dans la région de Homs.

Les frappes occidentales ont pris soin d’éviter les sites où les forces russes sont présentes. Via un communiqué publié par l’agence officielle Ria Novosti, le ministère russe de la Défense a affirmé que « plus de 100 missiles de croisière et missiles air-surface ont été tirés par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France depuis la mer et l’air sur des objectifs syriens militaires et civils » et qu’un « nombre significatif » d’entre eux ont été « abattus par la défense aérienne syrienne ». Ce qui reste à confirmer.

« Les États-Unis ne cherchent en aucune circonstance à maintenir une présence indéfinie en Syrie. Tandis que d’autres nations accroissent leurs contributions, nous attendons avec impatience le jour où nous pourrons ramener à la maison nos combattants », a encore affirmé M. Trump.

Second article....

L’on savait que la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine se trouvait en Méditerranée orientale alors que se préparait une opération devant viser le régime syrien pour sa responsabilité présumée dans l’attaque chimique contre la ville de Douma, le 7 avril dernier. D’après la ministre des Armées, Florence Parly, ce navire a été rejoint par d’autres du même type.

« Des frégates multimissions, accompagnées de bâtiment de protection et de soutien, ont été déployées en mer Méditerranée. Dans le même temps un raid aérien est parti en début de nuit de plusieurs bases aériennes en France afin de rejoindre les côtes de la Syrie », a en effet affirmé la ministre, après une série de frappes contre le programme syrien d’armes chimiques, menées par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, dans la nuit du 13 au 14 avril. Et de préciser que « le principal centre de recherche » sur les armes chimiques syriennes et que deux autres sites ont été frappés » par ces moyens.

Cette opération aura donc été le baptême du feu pour le Missile de croisière naval (MdCN), mis en oeuvre par les quatre FREMM en service au sein de la Marine nationale. Ces navires emportent chaque 16 exemplaires de cette munition, développée par MBDA.

« Le missile de croisière naval (MdCN) vise à permettre la conduite d’opérations vers la terre en disposant d’une capacité de frappe dans la profondeur depuis les frégates multi-missions », explique le ministère des Armées.

Un premier lot de ces MdCN, dérivés du SCALP emportés par les Rafale et les Mirage 2000D, a été livré en février 2017. Au total, il était prévu d’en doter la Marine nationale de 150 exemplaires (dont 50 pour les futurs sous-marins nucléaire d’attaque de la classe Suffren) dans le cadre de la Loi de programmation militaire 2014-2019.

D’une longueur de 7 mètres (avec booster) et d’une masse de 1,4 tonnes, le MdCN peut voler à la vitesse de 1.000 km/h. Sa portée est estimée à plus de 1.000 km. Il est doté d’un système de ciblage GPS, et d’une centrale inertielle. Évoluant à très basse altitude, il utilise un autodirecteur infrarouge pour reconnaître sa cible et se guider vers elle avec une « précision métrique ».

Une affaire dont nous entendrons parler durant quelques jours....

.

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Frappes en Syrie: la Russie prévient qu'il y aura des conséquences    Sam 14 Avr 2018 - 4:01

Bonjour,


Frappes en Syrie: la Russie prévient qu'il y aura des conséquences


Les frappes militaires occidentales en Syrie reviennent à « insulter le président russe », un acte qui sera suivi de conséquences, a averti l'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov.

« Un coup a été porté contre la capitale d'un État souverain qui a tenté pendant de nombreuses années de survivre au milieu d'une agression terroriste » a écrit sur Facebook la porte-parole du ministère, Maria Zakharova. Les frappes occidentales contre la Syrie interviennent « au moment où elle avait une chance d'avoir un avenir pacifique », a-t-elle déclaré. Elle se référait au fait que les forces gouvernementales syriennes soutenues par la Russie ont repris ces derniers mois une grande partie des territoires qui étaient tenus par les groupes rebelles.

Les frappes militaires occidentales en Syrie reviennent à « insulter le président russe », un acte qui sera suivi de conséquences, a également averti l'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov. « Nous avions averti que de telles actions appelleraient des conséquences », a écrit le diplomate dans un communiqué. « Nos mises en garde ont été ignorées », a-t-il déploré.

« Aucun des missiles de croisière tirés par les États-Unis et par leurs alliés n'est entré dans la zone de responsabilité des défenses aériennes russes qui protègent les installations à Tartous et à Hmeimim », a toutefois indiqué le ministère dans un communiqué cité par l'agence de presse d'État RIA Novosti.

Ces frappes visent à « entraver » une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui devait entamer ce samedi 14 avril son enquête à Douma sur une attaque chimique présumée, selon Sana. L'agence cite une source au ministère des Affaires étrangères qui accuse les Occidentaux de chercher ainsi à dissimuler « leurs mensonges ».

La communauté internationale réagit de toute part
Le Canada, par la voix du Premier ministre Justin Trudeau, a au contraire soutenu l'intervention militaire des Occidentaux. L'OTAN a également apporté son « soutien » aux frappes qui selon elle vont réduire la capacité du régime à mener d'autres attaques chimiques.

Un communiqué publié par l'Élysée précise que « la France et ses partenaires reprendront, dès aujourd'hui, leurs efforts aux Nations unies pour permettre la mise en place d'un mécanisme international d'établissement des responsabilités, prévenir l'impunité et empêcher toute velléité de récidive du régime syrien ».

L'organisation Amnesty International a demandé de « minimiser le tort » causé aux civils dans les frappes aériennes menées en Syrie. « Le peuple syrien a déjà enduré six années d'un conflit dévastateur, et des attaques chimiques dont beaucoup sont des crimes de guerre », déplore l'ONG. « Toutes les précautions doivent être prises pour minimiser le tort causé aux civils dans les actions militaires » menées en représailles à l'usage présumé d'armes chimiques par Damas contre sa population, a-t-elle exigé.

Les démocrates demandent un débat au Congrès
« Une nuit de frappes aériennes ne peut se substituer à une stratégie cohérente », a commenté Nancy Pelosi, chef de la minorité démocrate à la Chambre des représentants. Le président Trump « doit venir devant le Congrès pour obtenir une nouvelle Autorisation d'employer la force militaire (AUMF), pour présenter un ensemble clair d'objectifs, et enfin faire en sorte que [le président russe Vladimir, NDLR] Poutine ait à rendre des comptes pour le bain de sang qu'il a permis », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

De son côté, le régime équatorien a également réagi sur Twitter. « Avec la force de la dignité, la défense de la paix, des peuples du monde, nous condamnons énergiquement l'attaque démente de Trump contre le peuple frère de Syrie », a dénoncé le président bolivien Evo Morales.

L'Iran, principal allié régional de Damas, a mis en garde contre les « conséquences régionales » des frappes ciblées menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni contre la Syrie tout en les condamnant « fermement ». « Les États-Unis et leurs alliés, sans aucune preuve et avant même une prise de position de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont mené cette action militaire (...) contre la Syrie et sont responsables des conséquences régionales de cette action aventuriste », a affirmé le ministère iranien des Affaires étrangères, selon le site Telegram de son porte-parole Bahram Ghassemi.

« Cette agression vise à compenser l'échec des terroristes » dans la Ghouta orientale, qui vient d'être reprise par l'armée syrienne et ses alliés, ajoute le texte qui dénonce une « violation claire des règles et des lois internationales ». L'Iran envoie des « conseillers militaires » et des volontaires iraniens, afghans, pakistanais et irakiens en Syrie pour épauler l'armée syrienne contre les groupes jihadistes et rebelles.

Israël a justifié les frappes en Syrie en affirmant que le régime de ce pays continue ses « actions meurtrières », a indiqué un responsable israélien. « L'an dernier, le président américain Donald Trump a fait savoir que l'utilisation d'armes chimiques reviendrait à violer une ligne rouge. Cette nuit sous la direction américaine, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont agi en conséquence. La Syrie continue ses actions meurtrières », a ajouté le responsable israélien, qui a requis l'anonymat.

L'ONU appelle au respect du droit international
« J'appelle tous les États membres à faire preuve de retenue dans ces circonstances dangereuses et à éviter tous les actes qui pourraient entraîner une escalade de la situation et aggraver les souffrances du peuple syrien », a déclaré, pour sa part, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, dans un communiqué. Il a par ailleurs souligné l'importance d'agir en conformité avec la charte de l'ONU et le droit international.

L'intervention militaire occidentale contre la Syrie n'a pas été autorisée par le Conseil de sécurité de l'ONU. Antonio Guterres a appelé les membres du Conseil de sécurité à se mettre d'accord sur l'ouverture d'une enquête qui établirait l'identité des auteurs d'attaques chimiques en Syrie.

Source: RFI

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 14 Avr 2018 - 4:33

re,


La violation par Damas de la résolution 2118 des Nations unies justifie les frappes, selon M. Le Drian(par Laurent Lagneau)


Le 12 avril, lors d’une audition au Congrès, le chef du Pentagone, James Mattis, avait admis ne pas avoir encore de preuves sur l’implication du régime syrien dans l’attaque chimique ayant visé Douma cinq jours plus tôt. Finalement, le lendemain, la diplomatie américaine a assuré en avoir, comme, du reste, le président Macron.

« L’attaque a eu lieu samedi et nous savons avec certitude qu’il s’agissait d’une arme chimique », a en effet affirmé Heather Nauert, la porte-parole du département d’État, le 13 avril. Interrogée pour savoir si les États-Unis en avaient la preuve, cette dernière a répondu : « oui. Nous savons qu’il n’y a que certains pays comme la Syrie qui ont les moyens adéquats et ce type d’armes. »

Pour autant, Mme Nauert a indiqué qu’il n’était pas question de rendre ces preuves publiques, expliquant que les États-Unis avaient leurs « propres sources » et qu’un « tas de ces choses sont classifiées ». Probablement qu’il s’agit, comme l’a rapporté NBC News, d’échantillons biologiques prélevés sur les victimes. Leur analyse a « suggéré la présence de chlore et d’un agent neurotoxique » non identifié, ont en effet affirmé deux responsables proches du renseignement américain.

Ces prélèvements biologiques auraient été obtenus auprès des hôpitaux par des « moyens de renseignement américains ou étrangers sur le terrain », ont-ils dit, alors que, dans le même temps, le ministère russe de la Défense produisait le témoignage de deux individus qui, présentés comme étant des médecins, ont affirmé que l’attaque chimique de Douma n’avait été qu’une « mise en scène ». Le souci est que l’un d’entre eux parle d’un bombardement ayant eu lieu le 8 avril, alors que les faits se sont produits la veille.

Quoi qu’il en soit, peu après les frappes ayant visé les sites impliqués dans le programme syrien d’armes chimiques, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que « l’utilisation de l’arme chimique dans la ville de Douma, près de Damas, le 7 avril, au cours d’une offensive des forces du régime de Bachar el-Assad est à la fois avérée et imputable au régime syrien. » Et d’ajouter : Cette attaque a fait des dizaines de victimes, au moins 45 selon des sources médicales convergentes présentes sur place […] et des centaines de blessés. La ligne rouge fixée par le président de la République en mai 2017 a donc été franchie. »

Pour le chef de la diplomatie française, l’opération menée par les forces françaises, américaines et britanniques est donc « légitime », « proportionnée et ciblée. » Qui plus est, a-t-il dit, « l’escalade chimique n’est pas acceptable » dans la mesure où la « fabrication et l’utilisation de ces armes représentent une menace pour la paix et la sécurité internationale. »

Et M. Le Drian d’insister en soulignant que « l’emploi de ces armes de terreur transgresse les conventions parmi les plus anciennes », dont le protocole de 1925 prohibant l’emploi à la guerre d’armes chimiques. En outre, a-t-il ajouté, le régime syrien «  savait à quoi il s’exposait » en utilisant « ces armes odieuses […] contre son peuple. »

Sur le plan du droit international, cette opération se justifie par la violation, par Damas, de la résolution 2118 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies en septembre 2013, c’est à dire après l’engagement pris par le régime syrien de renoncer à son arsenal chimique et d’adhérer à la Convention internationale d’interdiction des armes chimiques de 1993.

À l’époque, les États-Unis et la France avaient envisagée une opération militaire pour répondre à une attaque chimique ayant visé la Ghouta, en août de cette année-là. Des négociations entre des diplomates russes et américains avaient alors abouti à cette résolution 2118, dont l’article 21 stipule « qu’en cas de non-respect de la présente résolution, y compris de transfert non autorisé ou d’emploi d’armes chimiques par quiconque en République arabe syrienne », le Conseil de sécurité « imposera des mesures en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies », lequel autorise l’usage de la force.

« Le chapitre VII a un sens clair, c’est le recours à des mesures militaires pour contraindre ceux qui menacent la paix et la sécurité internationale », a donc fait valoir M. Le Drian.

Par ailleurs, le président Macron a indiqué que « conformément à l’article 35, alinéa 2, de la Constitution, le Parlement sera informé et un débat parlementaire sera organisé, suite à cette décision d’intervention de nos forces armées à l’étranger. »

L’article 35 de la Constitution précise en effet que « le gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis » et que « cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. »

En revanche, si cette intervention dure plus de quatre mois, alors le gouvernement « soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement » et peut « demander à l’Assemblée nationale de décider en dernier ressort. »

Source: Opex360

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 14 Avr 2018 - 23:28

Bonjour,


Les forces françaises ont tiré 12 missiles de croisière
(par Laurent Lagneau)


Le ministère des Armées a précisé le dispositif engagé dans l’opération qui, conduite en coordination avec les forces américaines et britanniques, a visé trois sites impliqués dans le programme syrien d’armes chimiques, dans la nuit du 13 au 14 avril.

Ainsi, trois frégates multimissions (FREMM), accompagnée par une frégate anti-sous-marine (FASM), une frégate anti-aérienne et un pétrolier-ravitailleur, ont d’abord tiré trois missiles de croisière navals (MdCN) en direction des cibles désignées, localisées à Homs. Probablement qu’un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) était aussi de la partie.

Puis, cinq Rafale de 4e Escadre de chasse, basée à Saint-Dizier, ont tiré 9 missiles de croisière SCALP. Leur couverture a été assurée par 4 Mirage 2000-5 tandis que deux E3-F SDCA [Système de détection et de commandement aéroporté ou AWACS] ont été sollicités, de même que cinq avions ravitailleurs C-135FR.

S’agissant des missiles tirés tant par les FREMM que par les Rafale, « rien ne nous laisse penser qu’ils puissent avoir été interceptés », a indiqué le colonel Patrik Steiger, le porte-parole de l’État-major des armées (EMA). « L’analyse du niveau de destruction des cibles est en cours », a toutefois indiqué l’Élysée.

Côté britannique, quatre chasseurs-bombardiers Tornado GR4 de la Royal Air Force ayant décollé de la base d’Akrotiri, à Chypre, ont tiré 4 missiles Storm Shadow [l’équivalent britannique du Scalp, ndlr] sur une ancienne base de missiles – à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Homs – où le régime syrien était soupçonné de « garder les précurseurs d’armes chimiques en violation des obligations de la Syrie en vertu de la Convention sur les armes chimiques », a expliqué Londres.

« Bien qu’une évaluation complète des frappes soit en cours, nous sommes confiants quant à leur succès », a déclaré Theresa May, le Premier ministre britannique. « Cette action collective envoie un message clair : la communauté internationale ne se tiendra pas en retrait et ne tolérera pas l’emploi d’armes chimiques », a-t-elle dit. « Il s’agissait d’une frappe limitée, ciblée et efficace avec des limites claires », a-t-elle encore ajouté.

Quant aux forces américaines, elles ont engagé un destroyer de type Arleigh Burke (l’USS Donald Cook?), un croiseur lance-missiles de la classe Ticonderoga et des bombardiers B-1 Lancer, qui ont probablement décollé de la base al-Udeid, au Qatar. Des avions F-15 et F-16 ont assuré la couverture aérienne.

Les deux navires ont tiré des BGM-109 Tomahawk tandis que les B-1 Lancer ont lancé des AGM-158 JASSM (Joint Air-to-Surface Standoff Missile).

« Nous avons été très précis et la réponse était proportionnée. Mais, en même temps, ce fut une frappe lourde », a commenté James Mattis, le chef du Pentagone, au sujet des résultats des frappes.

La Russie a prétendu que la défense anti-aérienne syrienne avait réussi à intercepter 71 des 103 missiles de croisière lancés. Et les systèmes de défense aérienne russes n’auraient pas été utilisés. Ce qu’a confirmé le général Joseph Dunford, le chef d’état-major interarmées américain. Les Syriens ont « tiré des missiles sol-air sans aucun effet », a-t-il assuré.

Source: Opex360


_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GARD



Nombre de messages : 86
Age : 71
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 14 Avr 2018 - 23:35

Pas de vraies preuves, pas de mandat de l'ONU, l'assemblée non consultée... le gamin Macron n'en fait qu'à sa tête, il est irresponsable et dangereux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 0:16

Sans mandat de l'ONU..... où ces frappes n'ont pas été désavouées.....

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MEKONG2

avatar

Nombre de messages : 366
Age : 69
Localisation : Chiang Rai
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 0:44

Pas de vraies preuves   :   impossible véto russe  et puis le chlore est il une arme chimique  ?
Pas de mandat de l'ONU   :  impossible véto russe
Assemblée non consultée :  ce n'est pas obligatoire 

C'est la loi du plus fort.  Et en terme purement militaire les occidentaux sont nettement au dessus des russes ou de qui que ce soit d'autres. Le nier c'est ne pas prendre en compte la réalité des choses.

Maintenant cela ne veut pas dire qu'il faille faire n'importe quoi. 
Je ne suis ni pro ceci, ni pro cela et ne sais pas qui a raison et qui a tord. Mais de temps en temps rappeler que sur le plan militaire aucune puissance ne peut faire face à l'OTAN et ses alliés est juste une bonne mise en garde.

Aucun avion, bateau français ou allié au tapis. Aucune perte française bravo à nos soldats.

Maintenant aux politiques de jouer et de calmer ce bordel ( si c'est possible ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 1:01

Qui se souvient encore (pourtant ce n'est pas si vieux) de Collin Powel brandissant devant les caméras de TV, lors d'une séance du Conseil de Sécurité des tubes de verre qui contenaient les preuves irréfutables des armes "de destruction massives" de Saddam...

Preuves totalement bidonnées, entièrement fabriquées aux USA !

Pour cet énorme mensonge international, qui a entraîne un bilan humain et matériel catastrophique....Powels et son chef Busch Jr auraient dus être envoyés devant le Tribunal Penal International (TPI), comme on a envoyé les dirigeants et militaires de haut rang, en  Ex-Yougoslavie ou en Afrique...

Rassurez vous ils n'ont pas eu d'ennuis...Deux poids, deux mesures...Et pourtant il y a eu des aveux complets de la part des USA !

Attendons un peu pour le chlore de Bachar, et il n'est pas impossible que nous ayons des surprises...

Si tel est le cas, pas de craintes pour nos grands timoniers, on oubliera l'incident...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 1:04

re,

Pour les preuves, il y a quand même un faisceau d'indices très important:

  1. La population syrienne touchée montrait tous les symptômes d'une attaque chimique et il n'y avait pas de blessures constatées comme lors d'un bombardement classique.
  2. Les dépôts d'armes chimiques du régime sont connus et auraient dû être tous vidés suite à la dernière résolution de l'ONU (ce qui semble ne pas être le cas).
  3. Ce sont des armes qui nécessitent une infrastructure étatique pour être mises en oeuvre car si les modes de dispersion ne sont pas maîtrisés, il y a un très fort risque pour que les assaillants subissent eux aussi des pertes (par exemple le sens du vent sur l'objectif peut tourner...).


_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 1:08

Glard a écrit:

Pour cet énorme mensonge international, qui a entraîne un bilan humain et matériel catastrophique....Powels et son chef Busch Jr auraient dus être envoyés devant le Tribunal Penal International (TPI), comme on a envoyé les dirigeants et militaires de haut rang, en  Ex-Yougoslavie ou en Afrique...

Rassurez vous ils n'ont pas eu d'ennuis...

re,

Si, un peu tout de même, souvenez-vous:

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 1:35

Je pense que l'auteur du "sacrilège" a eu plus d'ennuis que ce Président , qui a quand même déclenché, par un énorme mensonge" un cataclysme en Irak ..dont on continue à payer la note en hommes et en dollars aujourd'hui...

Pour les arguments que tu donnes (faisceau de convictions plutôt que de preuves), l'argument paraissant le plus sérieux,  que seuls des états peuvent utiliser des armes chimiques simples (comme le chlore par exemple, voire plus compliqué comme l'utilisation du gaz Sarin ou apparenté) ... ne tient pas une seconde.
Il suffit de penser à l'attentat (réussi) du Métro de Tokyo, il y a bien des années.

Attendons les expertises, si on laisse libre les experts...de tout dire (En Angleterre aussi !)

Ne pas oublier que les fanatiques sont prêts à sacrifier quelques uns de leurs "frères" pour faire avancer leur cause !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 1:49

Citation :
Ne pas oublier que les fanatiques sont prêts à sacrifier quelques uns de leurs "frères" pour faire avancer leur cause !
C'est un fait à ne pas oublier dans un camp comme dans l'autre !...

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 3:27

Glard a écrit:

Pour les arguments que tu donnes (faisceau de convictions plutôt que de preuves), l'argument paraissant le plus sérieux,  que seuls des états peuvent utiliser des armes chimiques simples (comme le chlore par exemple, voire plus compliqué comme l'utilisation du gaz Sarin ou apparenté) ... ne tient pas une seconde.
Il suffit de penser à l'attentat (réussi) du Métro de Tokyo, il y a bien des années.

!

re,

Je parle de faisceau d'indices, ce qui peut s'apparenter à un faisceau de convictions en effet.
Pour l'utilisation, je parlais d'utilisation massive, le gaz sarin utilisé à Tokyo l'a été dans un endroit confiné et pas sur une grande surface il me semble.
Le régime syrien a, par l'utilisation de cette arme, cherché à atteindre la population cachée et plus ou moins mise à l'abri des bombardements classiques.C'est ce qu'il faut en déduire je pense.
L'utilisation de cette arme par des tordus djihadistes n'aurait, à mon avis, pas fait autant de victimes.

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 6:03

Citation :
L'utilisation de cette arme par des tordus djihadistes n'aurait, à mon avis, pas fait autant de victimes.
Tout dépend de la qualité et de l'endroit choisi ! Dans un espace confiné comme un cinéma dont les salles ne sont pas très spacieuses contrairement à ce qu'elles pouvaient être par le passé, cela pourrait faire des dégâts...

Ne leur soumettons pas des idées qu'ils n'ont que peu mise en pratique....

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 6:21

re,


Statu quo, pressions ou craintes de représailles : les trois scénarios après les frappes en Syrie

L'opération coordonnée par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni est terminée, mais quelle suite les différents acteurs concernés vont-ils donner à ces frappes ?

L'opération est terminée. "Une mission accomplie" pour Donald Trump, "une agression" pour la Syrie et "un crime" selon la Russie et l'Iran... Damas et Homs ont été touchées, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril, par des frappes aériennes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. En réponse à une attaque chimique présumée, le 7 avril 2018 dans la Ghouta orientale, les Occidentaux ont visé des bases militaires et un centre de recherche.

Sans surprise, la Syrie, l'Iran et la Russie ont dénoncé ces frappes. Côté occidental, les Etats soutiennent la réponse coordonnée par les trois pays. Mais à quoi doit-on s'attendre après cette opération ?

Sur le terrain : le statu quo après une attaque unique
A la question "Que va-t-il se passer pour la suite ?", Jean-Marc Lafon, cofondateur de l'institut Action résilience, répond laconiquement : "Sans doute pas grand-chose." Interrogé par franceinfo, il estime que "cela ne va pas affecter sa [de Bachar Al-Assad] capacité militaire, ni son rôle politique sur son pays. Là, vraiment, je pense que l'objet est de dissuader les usages d'armes chimiques, que ce soit en Syrie ou ailleurs. [...] Ce n'est pas pour peser sur le déroulement du conflit syrien."

Effectivement, selon les différents chefs des armées des trois pays à l'origine des frappes aériennes, l'opération avait pour cibles uniquement les lieux de production et de développement des armes chimiques du régime syrien. "L'objectif n'est ni de renverser le régime, ni de changer le cours de la guerre, mais plutôt de mener une attaque punitive, d'envoyer un message", analyse Michel Goya, ancien colonel des troupes de marine, dans LeFigaro.

Aussi, l'attaque a été présentée comme un "one time shot" par le Pentagone (en anglais), une attaque unique, terminée dès que les avions américains, britanniques et français, sont rentrés à la base. "Nous avons détruit toutes les cibles que nous visions, les opérations sont terminées", a annoncé samedi, depuis le Pentagone, Joseph Dunford, chef d'Etat-major des armées. Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, était dans le même état d'esprit sur BFMTV, soulignant le caractère ponctuel des frappes qui ont visé Damas et Homs. "Il n'y a pas de première phase, il n'y a qu'une phase."

C'est donc sur le terrain diplomatique que pourraient reprendre les discussions pour trouver une issue au conflit qui ronge la Syrie depuis sept ans. Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs appuyé cette hypothèse en assurant être "toujours prêt à parler à tout le monde". Seul bémol à ce scénario : Washington et Paris ont d'ores et déjà affirmé qu'une autre attaque chimique perpétrée par le régime syrien pourrait entraîner une nouvelle salve de frappes aériennes.

Sur le front diplomatique : vers une escalade de pressions
"Un droit de suite, une pression diplomatique et politique pour qu'une issue soit trouvée au conflit syrien" : de passage dans son fief corrézien samedi, l'ancien président de la République François Hollande a plaidé, dans un entretien à La Montagne, pour que cette opération militaire ne s'arrête pas là. "Il faut avoir une cohérence dans l'action et un objectif qui est de faire pression sur la Russie et l'Iran". Il mise notamment sur une reprise des pourparlers à Genève, avec une nouvelle panoplie de pressions à exercer contre Bachar Al-Assad et ses alliés.

Selon Brett Bruen, ancien diplomate américain et ex-conseiller de Barack Obama entre 2013 et 2015, les frappes ne suffiront pas. "Ce que nous faisons pour le moment, c'est essayer de frapper et attendre de voir quelle sera la réaction de la Syrie et surtout de monsieur Poutine." Lui aussi est adepte d'une pression à faire peser sur "la Syrie, la Russie, l'Iran et les gens qui donnent leur appui à ce régime syrien", afin qu'ils aient "connaissance des conséquences".

Le scénario d'une escalade de pression séduit, jusqu'en Allemagne. La veille de l'attaque, vendredi 13 avril, le chef de la diplomatie allemande a plaidé, lui aussi, pour resserrer l'étau, notamment autour de la Russie. "On ne peut pas continuer ainsi. Nous devons accroître la pression sur la Russie pour l'amener à changer d'attitude. C'est la condition sine qua non pour régler la question du conflit syrien", a affirmé Heiko Maas à l'AFP.

C'est donc sur le terrain diplomatique que pourrait se jouer la suite des événements. Lors de la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, réclamée par la Russie, Washington, Paris et Londres ont réaffirmé vouloir relancer la diplomatie. Ils ont remis un nouveau projet de résolution sur la Syrie. Le texte, qui comprend des volets "chimique", "humanitaire" et "politique", devrait être discuté lundi par les ambassadeurs. Emmanuel Macron a confirmé que c'était maintenant au Conseil de sécurité de "reprendre dans l'unitié l'initiative sur les plans politiques, chimiques et humanitaires".

Dans ce scénario, une donnée reste incertaine : la stratégie adoptée par Donald Trump. Lui, qui lors de sa campagne électorale, avait insisté sur le désengagement américain dans les conflits extérieurs, et qui avait encore affirmé le 5 février dernier le retrait des troupes en Syrie. François Hollande a estimé ne pas "non plus [se] satisfaire de l'improvisation qui pourrait être celle de Donald Trump".

Du côté de la Russie et de la Syrie : la crainte des représailles et d'une escalade
Pour le moment, les forces armées à l'origine des frappes à Damas et Homs ne semblent pas s'inquiéter d'une réponse de Bachar Al-Assad. Les quelques timides ripostes n'ont pas semblé convaincantes. "Nous avons reçu plusieurs tirs de représailles de missiles au sol de l'armée syrienne. C'est la seule réponse que nous connaissons pour le moment", a confirmé Joseph Dunford, samedi, peu après l'annonce des frappes.

Le président syrien a tout de même condamné "cette agression", assurant qu'elle ne faisait que renforcer "la détermination de la Syrie à continuer de lutter et d'écraser le terrorisme sur chaque parcelle de territoire". La Russie et l'Iran ont suivi la même ligne, dénonçant les frappes occidentales. Moscou a, en outre, décidé de convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour condamner la décision de Paris, Washington et Londres. En vain.

Concernant de potentielles représailles russes, il semblerait que les Occidentaux aient pris leurs précautions avant de mener l'attaque : "On a de toute évidence évité l'engrenage en prévenant les Russes", estimait samedi sur BFM Hervé Morin, ancien ministre de la Défense. Signe que le contact n'est pas entièrement rompu avec Vladimir Poutine : Emmanuel Macron doit se rendre à la fin du mois de mai à Moscou. Cette visite n'est pour l'instant pas remise en cause.


Source: France info

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eric saintonge

avatar

Nombre de messages : 228
Age : 68
Localisation : Saintes (17)
Date d'inscription : 08/12/2013

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 8:40

On est en train de nous rejouer les "armes de destructions massives" de Saddam Hussein. Trump est un irresponsable quand à la vieille Theresa May et le petit Micron, des suiveurs qui ne cherchent qu'à regagner quelques points de popularité dans les sondages. La France a tiré ...12 missiles: de l'argent du contribuable volatilisé pour rien.
Que la finance apatride qui dirige le monde nous dise clairement qu'elle a besoin d'une troisième guerre mondiale pour relancer ses affaires, ce sera plus franc !
A force de titiller Poutine, il finira bien par sortir du bois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 8:50

re,

C'est vrai que l'on "marche sur des oeufs" en ce moment...

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gaspard74

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 64
Localisation : 01
Date d'inscription : 03/12/2012

MessageSujet: Affaire syrienne.   Dim 15 Avr 2018 - 9:15

Chers et Chères camarades,

J'ai constaté que certains ont beaucoup écrit. Contrairement à mes habitudes, sur ce sujet je vais être relativement concis.
 
Bien que je ne sois pas un grand ami de "Charlot", je vais tout de même citer un de ses propos sur l'utilisation de l'armée française :

"L'armée française interviendra uniquement où la France à des intérêts!"

Quelqu'un pourrait-il m'expliquer quel est l'intérêt de la France dans cette affaire?

Je parle de la vrai France, pas des guignols actuellement au pouvoir.

Sauf à démissionner un militaire, ne peut qu'obéir aux ordres. Disons que je suis ravi de savoir que nos soldats n'ont essuyé aucune perte, mais demeure persuadé qu'ils n'avaient absolument rien à faire dans cette intervention, monter sur un prétexte notoirement bidon.

Simple, qu'elle aurait été l'intérêt d'Assad de gazer sa population,  alors qu'il gagne la guerre?

Le gamin Macron s'est ridiculisé, et nous a ridiculisé en même temps, tout en gaspillant l'argent de nos impôts, et cela sans doute pour faire le beau devant ses amis israéliens, qui eux ont des intérêts dans le secteur.

Personnellement je désapprouve sans réserve cette intervention.

Bien amicalement.
gaspard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 10:04

gaspard74 a écrit:
, tout en gaspillant l'argent de nos impôts,
gaspard

re,

Pour apporter quelques précisions sur le coût de ces bombardements:

Voilà ce qu’ont coûté les frappes françaises en Syrie
(par Benjamin Chabert)

En tout, l’opération aura nécessité le déploiement de 6 navires, 17 avions et 12 missiles de croisière. Les missiles seuls auront coûté 16 millions d’euros.

Si le coût total de l’opération ne peut être réellement chiffré, on sait néanmoins que la réduction des capacités chimiques syriennes a nécessité, pour la France, l’emploi de 12 missiles, dont 9 Scalp, d’une portée de 250 km, et 3 missiles de croisière navals MdCN, d’une portée de 1.000 km, ces derniers ayant une "précision de l’ordre du métrique". Ils ont d’ailleurs été tirés depuis la frégate Aquitaine, qui mouillait en Méditerranée orientale.

Cet armement de pointe aura coûté un peu plus de 16 millions d’euros. LCI détaille : 850.000 euros l’unité pour un missile Scalp, et 2,86 millions euros pièce pour un missile MdCN, selon la loi de finances 2015. Ce qui chiffre l’opération à 16,23 millions d’euros, hors moyens humains et autres, comme la mobilisation des avions de chasses, des navires ou encore le carburant (qui constitue un des coûts les plus élevés)…

A priori, seuls la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis possèdent des missiles de croisière navals. Ceux tirés depuis la frégate Aquitaine dérivent des missiles Scalp. Les MdCN peuvent aussi être lancés depuis des sous-marins. Jamais de tels missiles n’avaient été utilisés avant les frappes françaises en Syrie. Leur longue portée fait d’eux des candidats idéaux pour bombarder de loin, en se passant d’avion.

Source: Capital

Vidéo d'un tir de missile SCALP à partir d'un Rafale

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gaspard74

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 64
Localisation : 01
Date d'inscription : 03/12/2012

MessageSujet: Merci à Manta   Dim 15 Avr 2018 - 11:33

Cher Manta,

Merci pour ces précisions chiffrées. Cela confirme mes craintes quant au coût des "jouets" utilisés à la demande du gamin Macron.

Je n'ai rien à ajouter à ce que j'ai dit précédemment.
Bien amicalement
gaspard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEKONG2

avatar

Nombre de messages : 366
Age : 69
Localisation : Chiang Rai
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Dim 15 Avr 2018 - 21:07

S'il y a bien une chose qui n'a aucune importance c'est le coût des munitions utilisée.

Les munitions qu'elles soient de fusil, pistolet ou super sophistiqués elles sont achetée et payées.
Qu'elles soient utilisées à l'entrainement où en réel c'est pareil.

Par ailleurs si elles arrivent à date de péremption elles devront être démontées ce qui entraîne un coût ou détruites.

Je me souviens avoir passé des journées à tirer des munitions périmées alors qu'il aurait été plus judicieux de les utiliser à  l'entrainement quand elles étaient encore bonnes de tir.

Dans le cas présent on valide en réel la qualité de notre armement et cela me semble un bon avertissement à ceux qui nous prennent pour des baltringues.

Cette opération on en pense ce qu'on veut sur le plan géopolitique.
Sur le plan militaire c'est une réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Mer 18 Avr 2018 - 12:25

J'ai eu un problème d'envoi

Merci de supprimer ce post qui faisait doublon avec le suivant !


Dernière édition par Glard le Mer 18 Avr 2018 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Mer 18 Avr 2018 - 12:40

Le point de vue du Général (2S) Dominique DELAWARDE 
Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre électronique »
à l’État-major interarmées de planification opérationnelle

Rigoureux et d'une grande logique.

Il est orthogonal à la doxa, mais recoupe plusieurs informations que j'ai eues par d'autres canaux !

C'est vrai que un des 3 poins développés par notre grand timonier pour attribuer le bombardement utilisant des gaz de combat aux troupes de Bachar était que seuls les états constitués avaient la capacité d'utiliser ce type d'arme...Il avait oublié la secte du métro de Tokyo ! Notre argument le plus sérieux en prenait un coup ! 

C'est vrai qu'il est étonnant que l'on tire sur des dépôts d'armes chimiques. On propage ainsi des produits dont on ne sait pas ce qu'ils vont provoqué comme catastrophe. C'est pourquoi il est intéressant de lire une analyse qui n'a pas d'autre but que celui de poser des questions. La version donnée aujourd'hui par les alliés est floue; celle des Russes est précise, il convient maintenant d'apporter le contre feu.

Difficile de savoir ce qui s’est passé sur le théâtre d’opérations syrien. Le point de vue qui suit du général Delawarde est plutôt sceptique sur le résultat des frappes atlantistes. A t-il raison , a t il tort ? Nous ne le savons pas mais il nous paraît un contrepoint utile à la version des gouvernements et des médias de propagande occidentaux.

     Polemia

Cette analyse est une analyse « à chaud ». Elle s’extrait volontairement des communiqués officiels des trois pays coalisés (Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni et France), dont on peut penser qu’ils ne sont pas totalement objectifs. Elle devra être affinée dans les prochains jours, voire les prochaines semaines.

     Examinons les faits.

Deux versions de la frappe et de ses résultats ont été diffusées :

 La version russe :
- 1 Le ministère de la défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne.
– 2 La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirme les trois pays agresseurs).
– 3 L’état major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés :
     4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés
     12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés
     18 missiles  auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés
     12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés
     9 missiles  auraient visé  l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés
     16 missiles  auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés
     30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés

Cette version russe appelle six observations :
1 – 2 missiles détectés au départ  se seraient perdus en route ……
2 – Le nombre de missiles interceptés dans toutes les zones aéroportuaires fortement équipées en défense sol air syrienne serait impressionnant. Ce serait même une première dans l’histoire de la défense anti-aérienne. Un tel résultat de 70 % de missiles interceptés impliquerait évidemment que cette défense ait bénéficié d’un soutien russe en matière de renseignement (data tracking), voire de guerre électronique, sans que les russes n’aient eu à tirer un seul missile (ce qui est confirmé par le trio  USA, UK, France). 

Il faut savoir que les missiles de croisière guidés par GPS sur la majeure partie du vol, passe sur un système interne en phase finale et deviennent vulnérables au système de guerre électronique russe. Ce système permet de ralentir la vitesse du missile considérablement et en fait une proie facile pour la défense antiaérienne.
3 – Si le résultat donné dans la version russe est le bon (70 % de missiles interceptés), les résultats de cette frappe sont tout simplement catastrophiques pour les trois agresseurs car cela signifie qu’avec intervention des S400 russes, aucun missile US-UK-FR, si intelligent et moderne soit-il, n’aurait atteint sa cible et que la plupart n'aurait même jamais atteint le territoire syrien.
4 – Le fait que la Russie n’ait pas activé sa défense antiaérienne pour détruire au plus loin, et peu après leur départ, les missiles tirés vers la Syrie signifie, sans le moindre doute, que la Russie avait été prévenue de la frappe et/ou qu’elle avait reçu des assurances qu’aucune de ses installations ne seraient visées. Sans doute avait-elle même reçu la liste des cibles pour évacuer d’éventuels soldats russes qui se seraient trouvés à proximité, les occidentaux souhaitant, à tout prix éviter un engrenage.
5 – Le fait, confirmé par les occidentaux, qu’il n’y ait eu aucune victime, montre à l’évidence que Bachar, lui aussi, a pu faire évacuer toutes les personnes menacées très en dehors du cercle d’efficacité des missiles. Il était donc, lui aussi, prévenu. Si les zones visées étaient vraiment sensibles (entrepôts chimiques selon la version occidentale), elles étaient forcément gardées jour et nuit dans un pays en guerre. Si aucune perte humaine n’est à déplorer, il n’y a que deux solutions : soit ces zones n’étaient pas sensibles et il n’y avait personne pour les garder (simple hangar de ferme ou installation désaffectée depuis longtemps (version russe) rebaptisé dépôt chimique par les occidentaux pour les besoins de la frappe) soit le personnel de garde avait été évacué sur préavis.
6 – Un autre fait troublant qui amène à s’interroger, est le constat que dès le lendemain, quelques heures après la frappe sur les «présumés dépôts chimiques» détruits, des civils curieux, venus aux nouvelles, se déplaçaient sans le moindre effet de protection et ne semblaient pas, le moins du monde, inquiets ou indisposés….. Cela donne une idée de la dangerosité des produits chimiques présumés, forcément disséminés par les frappes…….

La version du Pentagone donnée en conférence de presse :

Les forces US et alliées auraient tiré 105 missiles sur les installations présumées contenir des armes chimiques de l’armée syrienne. (Ce chiffre est quasiment le même que les 103 détectés par les russes).
Les moyens suivants auraient été utilisés :

  • Le USS Monterey CG61 a tiré 30 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
    Le USS Laboon DDG58 a lancé 7 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
  • Le USS Higgins DDG76 a lancé 23 missiles Tomahawk à partir du Golfe Persique.
  • Le USS John Warner SSN785 a lancé 6 missiles Tomahawk à partir de la Méditerranée.
  • La frégate française LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée.
  • Les bombardiers stratégiques B-1B ont lancé 19 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM.
  • Les chasseurs britanniques Typhoon and Tornado ont lancé 8 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG .
  • Les 5 Rafales et 4 Mirages français ont lancé 9 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG.


    Selon le Pentagone, l’attaque n’aurait visé que trois cibles:

  • 76 missiles – sur le Centre de recherche et de développement de Barzah
    22 missiles – sur le site de stockage de Him Shinshar[/size]
  • 7 missiles – “sur le bunker de stockage d’armes chimiques de Him Shinshar
  • Bien sûr, selon le Pentagone et les États majors français et britanniques, tous les missiles auraient atteints leur cible…et aucun n’aurait été intercepté (normal pour des missiles intelligents….). A l’appui de leurs affirmations, les américains ont montré des photos «satellite» dans le cadre d’un «Battle Damage Assessment» (Estimation des dommages après frappe).


En décembre 98, lors de l’opération Desert Fox, les américains avaient frappé l’Irak et fourni ce type de photos «satellite». Notre satellite français très précis avait donné des résultats très différents des leurs….. Ils avaient été surpris de notre savoir faire qui les prenait en flagrant délit de mensonge.

Si la partie moyens engagés-nombre de missiles tirés est très probablement juste, et confirmée par les russes, la partie cibles visées-résultats des tirs paraît peu crédible pour les raisons suivantes :
1 – Le centre de Barzah sensé avoir été frappé par 76 missiles n’est que très partiellement détruit ainsi qu’en atteste les photos prises au sol sur le site.
Avec 76 missiles sur une aussi petite emprise, il aurait dû être pulvérisé, il n’en est rien. Rappelons que les russes disent de ce centre qu’il était désaffecté depuis plusieurs années, ce qui expliquerait l’absence de victimes civiles : affirmation que j’ai personnellement tendance à croire.
2 – Il est possible que la coalition cherche à dissimuler d’éventuels échecs de frappes sur les aéroports militaires en limitant les objectifs aux trois installations qui ont été touchées par quelques missiles. On peut ainsi affirmer que « tous les objectifs ont été touchés ».

Cette coalition à trois a trop menti au cours des années précédentes pour pouvoir être crédible aujourd’hui (Timisoara, couveuse du Koweït, armes de destruction massives de Saddam, Goutha 2013, affaire Skripal, Goutha avril 2018). Je me souviens personnellement des mensonges quotidien de Mr Jamie Shea, porte parole de l’OTAN, sur les fausses pertes Serbes au Kosovo de mars à mai 1999. L’Otan déclarait plus de 800 matériels majeurs détruits au 78 ème jour de bombardement. En réalité, le comptage effectué après le cessez le feu faisait état d’une petite trentaine….. Tous les MIG déclarés détruits à Pritina au premier jour de la guerre (une vingtaine) sont sortis des souterrains et ont décollé tranquillement en direction de Belgrade au moment du cessez le feu. ….

Analyse

A chacun, bien sûr, de se faire son idée sur ces frappes. On peut toutefois noter un certain nombre de faits qui ne seront pas sans conséquences pour l’avenir.
1 – Cette frappe n’a pas affecté les forces armées syriennes qui s’en sortent intactes et vont pouvoir poursuivre la reconquête du territoire national dans les prochaines semaines. Mieux Bachar el Assad sort probablement grandi de cette affaire aux yeux d’une forte majorité de son peuple. Il restera l’homme qui a résisté sans faiblir à une coalition USA-UK-FR, ce qui n’est pas rien. Si élection il devait y avoir demain, il les remporterait sans coup férir avec des taux d’adhésion bien supérieur à ceux obtenus par Trump, May et Macron dans leurs pays respectifs.

2 – Parce que les 3 pays USA-UK-FR sont sensés avoir détruits les stocks d’armements chimiques présumés et le centre de fabrication lui aussi présumé, il va être difficile de monter une nouvelle accusation d’attaque au gaz dans les mois qui viennent. Il va falloir trouver autre chose…. (des couveuses peut être ???)

3 – Les 3 coalisés n’ont pas pris le risque de s’attaquer à la Russie ni à l’Iran alors que ceux ci étaient clairement désignés comme coresponsables de la «présumée attaque chimique». C’est un aveu de faiblesse. Ils ont montré par là qu’ils craignaient ces deux gros morceaux et préféraient s’en prendre au plus faible : la Syrie, ce qui ne les grandit pas.

4 – Comme il a été dit précédemment Trump a probablement fait un deal avec Poutine pour qu’il n’intervienne pas dans une frappe qui lui permettrait de sauver la face et de redorer son blason à quelques mois des élections de mi mandat. En échange, il a dû promettre de ne pas faire trop de dégâts et lui garantir qu’aucun soldat russe ne perdrait la vie. Mission accomplie. Les médias US vont pouvoir s’occuper pendant un certain temps de ces frappes dont le résultat militaire est pourtant dérisoire.

5 – Pour la première fois depuis 1945, la France est sortie de la légalité internationale en s’affranchissant du feu vert de l’ONU. Son image, comme celle de l’ONU d’ailleurs, n’en sortira pas nécessairement grandie……Lire à cet égard l’article paru sur le site « Les Crises ».
«L’évaluation nationale» présentée par le gouvernement pour justifier les frappes est un document manifestement rédigé par un communicant et non par un organisme de renseignement. Il n’a strictement aucune valeur, comme celui de 2013 d’ailleurs. Notre ministre des affaire étrangère fait dans le mauvais Colin Powell (et sa poudre de Perlin Pinpin) en présentant ce genre de document.

6 – Suite à ces frappes aérienne, les russes disent envisager d’équiper l’Armée syrienne en S300 pour lui permettre de se défendre encore mieux en cas de prochaine attaque. Ceci posera un vrai problème à ses adversaires potentiels, surtout lorsqu’elle aura terminé sa reconquête de l’Ouest syrien et qu’elle passera à l’Est de l’Euphrate.

7- Enfin et surtout, si la version russe de ces frappes était exacte, et elle pourrait fort bien l’être, l’OTAN aurait  désormais un sérieux problème à résoudre car cela signifierait que la Russie est désormais capable de réduire à néant toute tentative de frappes occidentales du type de celle qui vient d’être conduite par les trois plus grandes puissances de l’OTAN agissant en coalition.

8- Il n’aura échappé à personne que les hasards du calendrier permettent à cette frappe d’occulter le tir au pigeon des snipers israéliens sur les méchants terroristes palestiniens. Nos médias et nos politiques se réjouissent de cet heureux concours de circonstance…..

9 – Il n’aura échappé à personne non plus que ces douze petits missiles que nous avons lancé sur des installations probablement désaffectées (pour ne facher personne) permettent de redorer à moindre frais (20 millions d’euros si l’on compte les missiles et les vols) l’image d’un président écornée par des difficultés d’ordre social (Notre Dame des Landes, grèves à la SNCF, révoltes lycéenne). Les Médias main stream vont s’en donner à coeur joie pour encenser Jupiter-Mars, chef de guerre, remarquable, déterminé ….etc…etc…


10 – Pas d’autre commentaire


Dominique DELAWARDE
 16 avril 2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 7:16

Bonjour,


Peut-on retirer à Bachar al-Assad sa Légion d'honneur ?
(par Julien Baldacchino)

Alors que la France a participé samedi aux opérations de bombardements de sites de production d'armes chimiques du régime syrien, le président Bachar al-Assad bénéficie toujours du statut de grand-croix de la Légion d'honneur.

La France a frappé, conjointement avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, des sites de production d'armes chimiques du régime de Bachar al-Assad. Si dimanche soir, lors de son interview télévisée, Emmanuel Macron a assuré que la France "n'a pas déclaré la guerre" au régime Syrien, il peut sembler surprenant que le chef de l'Etat syrien soit toujours bénéficiaire de l'une des plus hautes distinctions attribuées par la France.  

En effet, depuis 2001 et un voyage officiel en France, Bachar al-Assad possède le grade de grand-croix de la Légion d'honneur. A l'époque, c'était Jacques Chirac, alors convaincu que le fils de Hafez al-Assad serait plus modéré que ce dernier, qui lui avait remis. Une décoration à titre essentiellement diplomatique : nombreux sont les chefs d'Etat à recevoir, plus ou moins discrètement, la légion d'honneur, vue comme un moyen de faciliter les rapports diplomatiques. De nombreux chefs d'Etat font donc eux aussi partie de l'ordre des grand-croix de la légion d'honneur, comme Léopold Sedar Senghor, Lech Walesa... ou Nicolae Ceausescu.
Galliano et Armstrong sanctionnés

Mais est-il possible de retirer sa Légion d'honneur à l'un des membres de cet ordre ? Légalement oui, c'est possible. C'est d'ailleurs automatique pour les personnes de nationalité française qui sont condamnées à plus d'un an de prison. Pour les bénéficiaires de nationalité étrangère, un décret a rendu possible, en 2010, le fait de retirer sa décoration à une personne qui a "commis des actes contraires à l'honneur".  

C'est ainsi que le cycliste Lance Armstrong ou le couturier John Galliano, respectivement épinglés pour dopage et pour propos antisémites, ont perdu leur Légion d'honneur. En octobre dernier, Emmanuel Macron disait aussi avoir lancé les procédures pour qu'Harvey Weinstein connaisse le même sort – mais la proédure n'étant pas transparente, on ne sait pas si elle a abouti.
Une portée plus diplomatique

Qu'en est-il dans le cas du chef d'Etat syrien ? Selon Bertrand Galimard Flavigny, auteur d'une "Histoire des décorations" (ed. Perrin), la situation n'est pas aussi facile quand il s'agit d'un chef d'Etat que pour des personnalités du monde de la culture : "Bachar al-Assad n'a pas reçu la Légion d'honneur parce qu'il est un bon chef d'Etat, mais parce qu'il est chef d'Etat. Galliano et Weinstein ont été décorés pour leur talent : ils ont ensuite brimé leur talent par leur comportement. Mais il n'y a rien de diplomatique là-derrière", explique-t-il.  

La tournure symbolique d'une telle déchéance aurait donc beaucoup plus d'implications diplomatiques que dans les cas précédents. Il y a plusieurs mois, Christophe Castaner, alors porte-parole du gouvernement, avait jugé la question "légitime".

L'Elysée a annoncé lundi soir peu avant 20h30, que la France a engagé une procédure de retrait de la Légion d'honneur de Bachar al-Assad.

Source: France Inter



Bachar al-Assad rend sa Légion d'honneur à "l'esclave" des Etats-Unis

La France avait demandé, lundi, le retrait de la Légion d'honneur, remise au président syrien Bachar al-Assad, en 2001.

La présidentielle syrienne a annoncé jeudi avoir rendu la Légion d'honneur attribuée par la France en 2001 au président Bachar al-Assad.

Le président syrien, qui ne portera pas une décoration remise par "l'esclave" des Etats-Unis.

L'entourage du président français Emmanuel Macron avait indiqué lundi que la France avait engagé une procédure de retrait de la Légion d'honneur au président Assad, deux jours après la participation de Paris à des frappes contre des sites du régime syrien.
Décision prise après l'agression tripartite aux côtés des Etats-Unis et du Royaume Uni

"Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a officiellement rendu à la République française, par le biais de l'ambassade de Roumanie à Damas, qui parraine les intérêts français en Syrie, la décoration de grand-croix de la Légion d'honneur accordée au président Assad par l'ancien président français Jacques Chirac", indique la présidence.

La décision de rendre la légion d'honneur a été prise après "la participation de la France à l'agression tripartite aux côtés des Etats-Unis et du Royaume Uni contre la Syrie le 14 avril", selon le communiqué.


"Une décoration attribuée par un régime esclave (...) des Etats-Unis qui soutient les terroristes".

Washington, Paris et Londres ont effectué samedi à l'aube des frappes contre des sites présentés comme liés au programme d'armement chimique syrien en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, qui était alors le dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas.

"Il n'est point d'honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (...) des Etats-Unis qui soutient les terroristes", indique encore la présidence.

Le président syrien avait été fait grand-croix (le plus haut grade) de la Légion d'honneur par le président Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez al-Assad à la tête du pays.

Source: Dernières Nouvelles d'Alsace



La Syrie rend à la France la Légion d’honneur attribuée à Assad

Cette annonce syrienne est faite quatre jours après que la France a annoncé avoir engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur au président Assad.

La présidence syrienne a annoncé jeudi 19 avril avoir rendu la Légion d’honneur attribuée par la France en 2001 au président Bachar Al-Assad qui ne portera pas une décoration remise par « l’esclave » des Etats-Unis.

L’entourage du président français, Emmanuel Macron, avait annoncé lundi 16 avril que la France avait engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur au président Assad, deux jours après la participation de Paris à des frappes contre des sites du régime syrien.

« Le ministère des affaires étrangères et des expatriés a officiellement rendu à la République française, par le biais de l’ambassade de Roumanie à Damas, qui parraine les intérêts français en Syrie, la décoration de grand-croix de la Légion d’honneur accordée au président Assad par l’ancien président français Jacques Chirac », estime la présidence dans un communiqué.
Une décision prise après la participation de la France aux frappes sur la Syrie

La décision de rendre la Légion d’honneur a été prise après « la participation de la France à l’agression tripartite aux côtés des Etats-Unis et du Royaume-Uni contre la Syrie le 14 avril », selon le communiqué.

Washington, Paris et Londres ont effectué samedi à l’aube des frappes contre des sites présentés comme liés au programme d’armement chimique syrien en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, qui était alors le dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas.

Le régime syrien dément toute implication dans l’attaque chimique présumée.

« Il n’est point d’honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (…) des Etats-Unis qui soutient les terroristes », dit encore la présidence.

Le président syrien avait été fait grand-croix (le plus haut grade) de la Légion d’honneur par le président Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez Al-Assad à la tête du pays.

Source: Le Monde

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 7:22

Cette petite histoire de chassé-croisé d'une Légion d'honneur fait le "buzz" sur les réseaux sociaux et bien évidemment dans la presse : à celui qui en saura le plus et le plus vite possible !

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MEKONG2

avatar

Nombre de messages : 366
Age : 69
Localisation : Chiang Rai
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 8:14

Cette histoire d'interception de tant de missiles n'est tout simplement pas possible.
Maintenant chacun croit ce qu'il veut.

Mais depuis 70 ans aucune armée arabe n'a été capable d'intercepter ou d'abattre des avions ou missiles israéliens ou occidentaux. Les rares exceptions se comptent sur les doigts de la main.

Par ailleurs tous les spécialistes de la question sont d'accord pour dire que 25% d'interception est déjà énorme.

Propagande contre propagande et sur ce sujet ce général me semble un " bon ".

Je n'en sait pas plus que beaucoup de commentateurs qui ont un parti pris.
Et peut-être qu'on ne saura jamais la totalité de la vérité.
On sait qu'il y eu des ratés côté français, et c'est normal compte tenu du fait de la nouveauté de certaines armes utilisées et du manque d'expérience. C'est à cela que serviront les Retex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 8:26

Je suis assez d'accord avec ton raisonnement, Mékong....

Citation :
Mais depuis 70 ans aucune armée arabe n'a été capable d'intercepter ou d'abattre des avions ou missiles israéliens ou occidentaux.

Il est permis de supposer que la Syrie soit aidée par de l'équipement russe....

Le Général (2S) Dominique DELAWARDE est "un bon"... il doit connaître son sujet !....
Propagande d'un côté comme d'un autre, bien malin celui qui y "retrouvera ses petits" pour reprendre une vieille expression...
Ce ne sont pas les articles à répétition de tous les journalistes qui changeront grand chose.

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MEKONG2

avatar

Nombre de messages : 366
Age : 69
Localisation : Chiang Rai
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 8:45

Le général (2S )  Delawarde est proche du réseau Voltaire.

Des adeptes de la théorie du complot. Anti USA et proches des pays arabes, du Hezbollah et de l'Iran.
Avec parmi ses adhérents ou anciens adhérents des gens peu fréquentable et fortement politisés .
Et malheureusement parmi nos anciens officiers généraux et supérieurs il y a aussi des allumés.


Français j'ai plutôt tendance à croire les autorités militaires de mon pays.

Exclamation
Pour en revenir aux cibles touchées.
L'équipement russe c'est fort bien, mais justement il n'a pas été utilisé cela a été reconnu. Les syriens n'ont pas réagi ou alors trop tard.
De plus les russes n'ont encore fourni aux syriens du matériel de dernière génération.

Et pour mémoire la seule cible bien identifiée abattue par les russes ces dernières années, cela a été un avion civil
au dessus de l' Ukraine. bel exploit.

Car il  faut le rappeler en matière de défense antiaérienne assez peu de pays ont une grande expérience.
Les arabes, il vaut mieux en rire.
Les occidentaux n'ont pratiquement jamais été attaqués. Seul les français depuis le 2ème guerre mondiale ont abattu un avion libyen au dessus de N'Djamena.
Les russes j'avoue aucun souvenir d'attaque aérienne sur eux mais ils ont abattu quelques avions civils.

Donc il faudra attendre un conflit bien plus sérieux ( a na pas souhaité ) pour savoir qui sont les meilleurs dans ce domaine

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 9:28

MEKONG2 a écrit:
Le général (2S ) Delawarde est proche du réseau Voltaire.
.

Je ne connais pas ce général, j'en ai rarement endendu parler, contrairement au réseau Voltaire....

Là, c'est une affaire d'opinion qui, à mon sens, n'a pas trop à être débattue ici...
Il était difficile d'ignorer ces frappes engageant nos militaires ; toutefois je ne souhaite pas que ce sujet dérive vers le côté politique, sur lequel il y aurait beaucoup à dire, quelle que soient nos opions...

.

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MEKONG2

avatar

Nombre de messages : 366
Age : 69
Localisation : Chiang Rai
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 19:50

Quand on aborde des thèmes militaires, il y a un moment ou forcément cela déborde sur des opinions politiques.
car c'est bien les politiques qui engagent les militaires et décident de leurs actions.
Et militaire ou pas, ancien ou pas , si on conteste , ce qu'on a le droit de faire , l'action du gouvernement on doit si l'on est honnête ne pas reprendre toutes les foutaises et fausses informations des sites conspirationnistes et extrémistes.
Et on le doit surtout par loyauté à notre armée qui, qu'on le veuille ou non se bat en notre nom.

Exclamation

Dans les combats antiaériens j'ai oublié, bien sur, la guerre de Golfe.
Les batteries " Patriots" ont abattu des " Scuds" irakiens au dessus d'Israël et de l AS. 
Même avec un matériel pointu à l'époque et contre des engins pas très sophistiqués ils sont loin d'avoir eu le résultat
vanté par les syro/russes.

Exclamation

La presse relate des ratés dans les frappes françaises et en fait pour certains les gorges chaudes.
Cela prouve 
1/ que l'on ne cache pas les échecs
2/ que sur un champ de bataille, jamais rien de se passe exactement comme prévu, et ceci dans toutes les armées du monde.
3/ que sur le plan technique cela va du PM qui s'enraye au missile qui bugge. Le principal c'est que cela ne nous pète pas à la gueule.

Ne disait t'on pas dans les hautes sphères militaires : il y a deux plans : le bon et celui de l'état-major. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Ven 20 Avr 2018 - 22:58

MEKONG2 a écrit:


La presse relate des ratés dans les frappes françaises
1/ que l'on ne cache pas les échecs
2/ que sur un champ de bataille, jamais rien de se passe exactement comme prévu, et ceci dans toutes les armées du monde.
3/ que sur le plan technique cela va du PM qui s'enraye au missile qui bugge. Le principal c'est que cela ne nous pète pas à la gueule.

Ne disait t'on pas dans les hautes sphères militaires : il y a deux plans : le bon et celui de l'état-major.

Bonjour,

Pour confirmer ce que dit Mekong2:

Les frappes contre le programme chimique syrien auraient eu quelques « couacs »
(par Laurent Lagneau)

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les forces françaises, américaines et britanniques ont frappé des sites du programme chimique syrien près de Damas et dans la province de Homs. Les résultats de ce raid, en dépit des affirmations russes sur l’efficacité de la défense aérienne syrienne, sont sans appel, les images prises par satellite des infrastructures visées ne laissant guère de place au doute.

Cependant, si elle a été très bien exécutée alors qu’elle exigeait une étroite coordination entre les forces impliquées (il s’agissait de faire arriver en même temps l’ensemble des missiles de croisière tirés par avion et navire), l’opération Hamilton a connu quelques couacs, rapportés par plusieurs médias (qui ne donnent pas toujours la même version des faits).

Vue aérienne de Him Shinshar

Ce 20 avril, la ministre des Armées, Florence Parly, n’a pas souhaité les commenter. « Vous comprendrez que ces informations, qu’elles soient vraies ou fausses, sont tout à fait classifiées et donc je ne les commenterai pas », a-t-elle dit, ce 20 avril, sur les ondes de France Bleu Provence. « Nous avons tiré le nombre de missiles qui étaient nécessaires pour atteindre et pour détruire les cibles que nous nous étions fixées […] Nos objectifs ont été atteints et nous n’avons rien à ajouter », a-t-elle ajouté.

Au total, les forces françaises ont lancé 12 missiles de croisière, dont 9 par 5 Rafale et 3 par une frégate multimissions (en l’occurence, la FREMM Languedoc, si l’on en croit les affirmations du Pentagone).

Un Rafale B peut emporter deux missiles SCALP. Comme cinq appareils ont été sollicités pour l’opération Hamilton, l’on peut se demander pourquoi 9 munitions de ce type ont été tirées et non pas 10. Était-ce prévu lors de la planification de l’opération Hamilton ou bien y a-t-il eu un raté? D’après Le Point, qui a contacté l’armée de l’Air, il y a bien eu incident de tir. Et « des analyses techniques sont en cours pour en déterminer l’origine », a-t-elle précisé.

Le plus délicat est ce qu’il s’est passé avec les FREMM, dont trois ont été engagées dans l’opération (Aquitaine, Languedoc, Auvergne). A priori, l’un d’entre elles avait été placée en réserve, en cas d’impondérable. Donc deux de ces navires auraient dû tirer chacun une salve de trois missiles de croisière navals (MdCN), dont c’était le baptême du feu. Finalement, une seule l’a été.

Que s’est-il passé exactement? Là, les versions qui circulent sont contradictoires. Selon RTL, la première FREMM n’a pas été en mesure de lancer ses 3 MdCN en raison d’un problème technique (informatique apparemment, ce qui aurait nécessité de réinitialiser le système. Bug? Ou autre chose de plus sérieux?). Même chose pour la seconde. Et ce serait donc la troisième, celle en réserve, qui aurait tiré les siens.

Pour d’autres sources, la seconde FREMM aurait bien lancé ses 3 MdCN mais, la fenêtre de tir s’étant refermée, la troisième n’aurait pas eu le temps d’entrer en action.

Cela étant, selon l’État-major des armées (EMA), « l’effet militaire a été atteint » et comme pour Mme Parly, il n’est pas question de commenter « les détails de la planification opérationnelle. »

Reste que le tir de missiles de croisière depuis une frégate aura été une première pour la Marine nationale, ce qui l’a fait entrer dans le club très fermé des forces navales disposant d’une telle capacité.

« Pour la première fois, sans moyens amphibies, sans forces spéciales, sans porte-avions, avec les frégates notre pays dispose d’un missile qui peut toucher des installations en profondeur sur les territoires adverses », a fait valoir, auprès de l’AFP, l’amiral Christophe Prazuck, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM). « À l’intérieur de l’Union européenne, la France est la seule à disposer de cette capacité », a-t-il insisté.

« Les objectifs ont été touchés. C’est une première démonstration opérationnelle de l’efficacité du système. Néanmoins on a toujours une expérience à retirer de l’ensemble du processus, c’est ce qu’on va faire dans les semaines qui viennent », a ajouté le CEMM, sans livrer plus de détails.

Pour le moment, il sera compliqué d’avoir le fin mot de l’histoire étant donné que le ministère des Armées ne souhaite pas faire de commentaire. Au moins, en matière de communication, cela évite de s’emmêler les pinceaux, comme l’a fait le Pentagone…

Ainsi, il fut avancé que les B-1 Lancer sollicités pour le raid contre le site de Barzeh avait utilisé 19 missiles AGM-158 JASSM-ER. Un fait confirmé par le général Kenneth McKenzie, un haut responsable du Pentagone. Finalement, le porte-parole de l’AFCENT [la composante « air » de l’US CENTCOM], le capitaine Mark Graff, a affirmé que les bombardiers ont tiré une version plus ancienne de ce missile, à savoir le JASSM-A.

Vue aérienne de Barzé

Enfin, l’AFCENT avait affirmé, peu après l’opération Hamilton, qu’aucun F-22 Raptor n’était dans les airs au moment où elle fut conduite. Ce qui pouvait, là-aussi, être bizarre étant donné que l’on pouvait s’attendre à l’implication de ces appareils de 5e génération. Puis, le 19 avril, la même AFCENT a changé de version.

« Grâce à ses capacités uniques, le F-22 était le seul appareil capable d’évoluer face aux systèmes de défense aérienne intégrés syriens, offrant ainsi l’option de neutraliser les menaces [des défenses syriennes, ndlr] et de fournir une protection aérienne aux forces américaines ainsi qu’à celles de la coalition et de celles de leurs partenaires sur le terrain, en Syrie », a en effet déclaré le capitaine Graff, qui n’a cependant pas précisé le nombre de Raptor engagés.

Source:
Photos : Sites de Him Shinshar et de Barzé, avant et après les frappes (via DigitalGlobe)
Opex360

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy-SF
Admin
avatar

Nombre de messages : 4951
Age : 70
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 14/12/2016

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 21 Avr 2018 - 2:32

.

Ecrire que les guerres sont l’œuvre des politiques relève d’un doux euphémisme… C’est un fait avéré depuis que le monde existe.
 
En France, aucune décision de quelque bord qu’elle émane n’a été capable de faire l’unanimité, la Syrie n’y échappe pas !


Certains sont contre parce que dotés d'une connaissance du sujet, d'une expérience militaire ou géopolitique ; d’autres – et ils sont nombreux – par principe… Ces derniers oubliant au passage que nous sommes partie prenante dans ce conflit depuis bien avant l’élection de l’actuel locataire de l’Elysée….

Mais tout cela est hélas, bien français.
 
Alors est-il utile de recopier in extenso tous les articles d’un même organe de presse ? Ce n’est pas cela qui modifiera l’opinion des uns et des autres…

.

_________________
S.F.
"La Guerre n'est pas belle, l'Humanité ne l'est pas non plus..." - Général Bigeard
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 21 Avr 2018 - 2:54

Il faut juste garder les deux yeux bien ouverts et les oreilles bien dirigées...
Et appliquer aux infos, même si elles sont très officielles, ou émanent de sources dites contrôlées, les bons vieux principes du Cartésianisme, qui, jadis caractérisait la pensée française.
Ou bien c'est parfaitement logique et il y a des chances que ce soit bon, ou bien c'est irrationnel et il y a fort probablement un os !
On est rarement trompé par ce procédé....

Et se souvenir que les mensonges d'Etats sont parfois au moins aussi gros que les pires théories complotistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    Sam 21 Avr 2018 - 5:29

re,

Je précise que je ne suis pas entré dans le débat d'idées Lothy/Mékong, mais que je voulais seulement préciser qu'il y avait bien eu des "ratés" pour ce qui concerne le tir des missiles français.

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frappes en Syrie....    

Revenir en haut Aller en bas
 
Frappes en Syrie....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras de tous les horizons :: Histoire :: Un peu d'histoire... :: Nous sommes en guerre....-
Sauter vers: