Paras de tous les horizons
Bienvenue sur Paras de tous les Horizons...

Si vous êtes membre du forum, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de cocher connexion automatique.

Si vous avez oublié votre mot de passe, cliquez sur «Récupérer mon mot de passe » sous les cases de connexion.

Un petit rappel :

Seuls les membres présentés, peuvent envoyer des messages...!
http://paras-pth.forumactif.com/f3-presentez-vous

Bonne visite et surtout bonne participation…
Paras de tous les horizons

forum de discussion sur les parachutistes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Opération "Sentinelle"

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Lothy
Invité



MessageSujet: Opération "Sentinelle"   Mer 6 Jan 2016 - 1:36

Le cadre juridique concernant l’emploi des militaires sur le territoire ne sera pas « bouleversé »




Voici bientôt un an que l’opération intérieure (OPINT) Sentinelle a été lancée en réponse aux attentats commis à Paris en janvier 2015, avec 10.000 soldats déployés sur le territoire national afin de surveiller les sites dits sensibles.

Depuis, des questions sur la finalité de cette OPINT restent toujours posées, surtout après les attaques du 13 novembre dernier à Paris et à Saint-Denis. Et les militaires eux-mêmes s’interrogent, comme l’a fait remarquer le député Yves Fromion lors de l’audition, à l’Assemblée nationale, de Louis Gautier, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

« Qu’ont fait les militaires le 13 novembre? Où étaient-ils? La police a mis assez longtemps à intervenir. Les militaires eux-mêmes s’étonnent de ne pas avoir été sollicités, du moins dans un premier temps (…) C’est longtemps après qu’on les a vus apparaître, lors de l’opération menée à Saint-Denis, pour faire de la sécurisation. Aujourd’hui, ils se demandent à quoi ils servent vraiment. Quel est leur rôle lors d’un attentat ? Où est la coordination ? Ils ont le sentiment que leurs capacités ne sont pas utilisées au mieux. Ils se disent qu’ils seraient plus utiles s’ils gardaient les frontières, qu’ils y accompliraient mieux leur mission qu’en restant à Paris, le plus souvent statiques », a ainsi affirmé le député, rejoignant ainsi les interrogations de plusieurs de ses collègues.

En octobre dernier, le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), avait estimé qu’il ne fallait pas faire jouer aux militaires de Sentinelle un rôle de « supplétif » en matière de sécurité et que « plutôt que de suppléer les forces de sécurité, les armées devaient apporter des savoir-faire complémentaires. »
Et cela, au motif, comme il l’avait expliqué quelques semaines plus tôt, qu’ »il y a un lien de plus en plus fort entre la défense de l’avant, ce que nous faisons en opérations extérieures, et la sécurité de l’arrière, c’est-à-dire la protection de nos concitoyens sur le théâtre national ». Seulement, il y un bémol à apporter : l’ennemi que les forces françaises affrontent au Sahel est traité comme un combattant tandis que le terroriste qui commet un attentat en France est considéré comme un criminel.
Cela étant, comme l’a rappelé Louis Gautier lors de son audition, recourir aux armées permet de « réagir aux situations d’urgence » et « aux circonstances exceptionnelles » car elles « constituent une ressource de forces, interviennent non en remplacement, mais en appui, en soutien, en parfaite complémentarité avec les forces de sécurité intérieure, notamment parce que leurs effectifs, leur organisation, leurs capacités, y compris du point de vue des équipements, procurent des ressources mobilisables dans l’urgence et parfaitement réactives ».

Qui plus est, a ajouté M. Gautier, « du point de vue de la gestion des ressources humaines, alors que le recrutement d’un policier ou d’un gendarme l’inscrit dans une carrière, celui d’un militaire du rang correspond à un contrat, qui pourra être renouvelé mais ne durera pas nécessairement ».

Pour résumer, l’idée est de pouvoir déployer des soldats pour sécuriser et protéger des secteurs définis pour qu’ils prennent le relai de la police et de la gendarmerie afin de « permettre à ces dernières de se réorienter vers leurs missions propres ». Et le tout, à un coût moindre que s’il fallait recruter davantage de gendarmes et de policiers.

Si ce n’est pas un rôle de supplétif, cela y ressemble car, en l’état actuel des choses, les militaires n’ont, par exemple, aucun pouvoir juridique de contrainte vis-à-vis des civils, c’est à dire qu’ils ne peuvent pas faire de contrôle d’identité ou de fouille en cas de doutes sur un individu. Pour cela, ils doivent être accompagnés par un agent ou un officier de police judiciaire.

Or, comme l’a indiqué M. Gautier, il n’est n’est nullement envisagé de modifier les règles juridiques concernant les militaires engagés sur le territoire national, si ce n’est à la marge.

« On a évoqué la possibilité d’instituer en agents ou officiers de police judiciaire (OPJ) les militaires, ou du moins certains officiers ou sous-officiers. Mais l’on a finalement estimé que si l’on définissait bien les missions, il n’était pas nécessaire de changer le droit. D’abord parce que des OPJ sont souvent présents sur le terrain au côté des militaires déployés. Ensuite parce qu’il existe toute une série d’actes – contrôle de foules, vérification d’identité – que l’on peut effectuer à droit constant, sans avoir besoin d’exciper d’un statut d’OPJ », a expliqué le SGDSN.

Aussi, au moment de l’Euro de football 2016, les « militaires ne pourront pas obliger un individu à prouver son identité, mais pourront refuser l’accès aux personnes qui refuseraient de le faire, ou les renvoyer vers un OPJ qui sera à proximité », a fait valoir M. Gautier.

Pour le député Charles de la Verpillière, il s’agit là d’une « erreur fondamentale ». « Nous sommes engagés dans des opérations très étendues dans l’espace et dans le temps ; il est donc exclu de faire accompagner chaque patrouille de militaires par des agents de police judiciaire, a fortiori par des OPJ. D’autant que la tendance est de substituer des méthodes dynamiques à l’utilisation statique de l’armée : comment embarquer des agents ou des officiers de police judiciaire dans des patrouilles aléatoires, le cas échéant à bord d’un véhicule? », a-t-il plaidé.

Source : Opex360
Revenir en haut Aller en bas
charly71

avatar

Nombre de messages : 2699
Age : 81
Localisation : Bourg en Bresse
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Jeu 7 Jan 2016 - 0:53

Reçu d'un ami CRS et actuellement "sentinelle":
------------------------------------------------------.

de toute façon on est déjà bien dans la merde et on laisse faire
-----------------------------------------------------------------------------------------.

 
 
  Un incident très grave, passé sous silence par le Pouvoir en place et révélé par V ALEURS A CTUELLES, l'hebdo n°4124 du 10 au 16/12/2015, p. 13 ), conduit à se poser cette question :
 
  Pourquoi un jeune soldat de confession musulmane du dispositif SENTINELLE, chargé avec son groupe, de sécuriser les lieux publics, a-t-il refusé de dormir avec ses camarades dans une synagogue afin de la protéger contre des attentats islamiques éventuels ?
 
  Les ordres qu'il a reçus de ses officiers sont restés sans effet ! C'est donc un cas très grave d'insoumission et de refus d'obtempérer dans nos armées en temps de guerre !
 
  Il a fallu, chose inouïe , que le commandement fasse appel à la médiation de l'aumônerie musulmane des armées pour qu'il obéisse ! Le commandement militaire n'a pas à passer par une aumônerie quelconque pour faire exécuter ses ordres. En d'autres temps ce soldat aurait été immédiatement relevé de son poste, traduit devant un tribunal militaire et envoyé en prison. Ainsi, le commandement militaire vient de démontrer son incapacité à gérer directement une rébellion d'ordre religieuse, même infime, au sein des armées. Serions-nous dès maintenant soumis à "l'islam de France, modéré et tolérant",... comme chacun sait ? !
 
  Que se serait-il passé si la synagogue avait été réellement attaquée par des extrémistes musulmans ? Aurait-il obéi à l'ordre d'ouvrir le feu pour défendre celle-ci ?
 
  Que se passerait- il en opération si un ou plusieurs militaires selon leurs confessions refusaient de combattre ?
 
  Que se passerait-il si de nombreux militaires, policiers ou gendarmes musulmans refusaient, d'obéir aux ordres donnés pour défendre la France ? Faudrait-il alors faire appel aux instances musulmanes de France (modérées et tolérantes ?) pour obtenir leur obéissance,... mais alors sous quel chantage ?
 
  Quel poids exorbitant aurait alors la minorité musulmane en France ? Mais aussi, quel poids a-t-elle d'ores et déjà ?
 
  Lorsque les hommes de ma génération ont fait leur service militaire un tel refus nous aurait conduit droit devant le Tribunal militaire, même en temps de paix, avec des sanctions extrêmement lourdes... et aucun aumônier ou autre évêque catholiques n'auraient réussi alors à nous tirer des lourdes sanctions de la justice militaire.
 
  Alors quoi ? Qu'en a-t-il été pour ce soldat ?
Je profite de l'occasion pour vous rappeler que : "Il n'y a pas un islam modéré et un islam violent ; l'islam, c'est l'islam !" avait averti le président turc Recep Tayyip Erdogan en 2007. Tout est dit. Il n'y a pas à discuter ou a interpréter le Coran. Nous voila prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Jeu 7 Jan 2016 - 1:09

Je n'ai pas entendu parler de cet "incident", toutefois j'ai eu connaissance de certaines inquiétudes nées dans les  Forces de l'ordre, quelles qu'elles soient pour des raisons similaires...

Désobéissance aux ordres : dehors ! Il n'y a pas de circonstances atténuantes...
Revenir en haut Aller en bas
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 8 Jan 2016 - 8:42

Lothy a écrit:
Je n'ai pas entendu parler de cet "incident", toutefois j'ai eu connaissance de certaines inquiétudes nées dans les  Forces de l'ordre, quelles qu'elles soient pour des raisons similaires...

Désobéissance aux ordres : dehors ! Il n'y a pas de circonstances atténuantes...

Bonjour,

+1!Sauf si c'est un ordre illégal bien évidemment!

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 15 Jan 2016 - 10:19

charly71 a écrit:
Serions-nous dès maintenant soumis à "l'islam de France, modéré et tolérant",... comme chacun sait ? !
 


Laissez moi rire...jaune
Revenir en haut Aller en bas
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Général Thonier : « L’opération Sentinelle est un piège pour l’armée de Terre »   Dim 28 Fév 2016 - 2:38

Bonjour,


Général Thonier : « L’opération Sentinelle est un piège pour l’armée de Terre »


Nous reprenons une tribune du général (2S) Jean-Paul Thonier, déjà parue sur le site de l’Association de soutien à l’armée française (ASAF). Le général (4étoiles) Thonier est issue des troupes de marine et a participé à de très nombreuses opex. Il a notamment commandé le 2ème Rima et l’opération Licorne, avant de quitter le service actif en 2009.  

Jamais sans doute depuis la professionnalisation des Armées une opération n’aura été aussi préjudiciable pour l’Armée de Terre que l’actuelle opération Sentinelle déclenchée dans la foulée des attentats de janvier dernier et qui sauf invraisemblable sursaut de lucidité va se poursuivre.  

Après ces attaques meurtrières, j’ai salué comme l’immense majorité des français, le recours à l’état d’urgence et le renforcement des mesures de sécurité. Le déploiement des forces armées et tout particulièrement de l’Armée de Terre répondait à une compréhensible logique d’urgence dans un contexte d’ubiquité du danger. Les menaces n’ont pas disparues mais l’urgence est devenue constance et la place de l’Armée n’est plus à patrouiller incongrument par six dans les lieux publics, Famas en sautoir et casque à la ceinture.

Je ne peux que constater qu’après chaque nouvel attentat, il a été demandé aux Armées de déployer toujours plus de militaires dans les grandes villes. Les forces armées ont vécu toutes les gradations du Plan Vigipirate avant de passer au dispositif Sentinelle.
Vigipirate restait absorbable sans conséquence majeure pour la bonne santé opérationnelle de l’Armée de terre, Sentinelle est destructrice.

Sentinelle est destructrice parce cette opération "consomme" des femmes et des hommes qui devraient se former, s’entraîner ou se reposer avant un nouvel engagement. Rogner sur un de ces aspects consubstantiel au maintien en condition d’un soldat et à la capacité opérationnelle d’une unité, c’est scier le pied du tabouret. Quel que soit l’aspect sauvegardé ou sacrifié la bombe est à retardement avec des effets qui peuvent être dévastateurs.

Sur le terrain d’abord où nos théâtres d’engagement notamment africain exigent un haut degré de préparation individuel et la maitrise de savoir-faire collectifs compliqués. Une faiblesse dans ce registre, c’est au mieux être incapable d’audace tactique et au pire accepter les pertes humaines. Sur le potentiel humain ensuite avec le non renouvellement du premier contrat ou le départ anticipé de jeunes cadres confrontés à l’impossibilité de conjuguer vie professionnelle et vie sociale ou familiale.

Les chefs militaires et j’ai été de ceux-là,  ont toujours eu beaucoup de pudeur à insister sur la nécessité de garantir des phases de détente et de récupération et pourtant je sais aussi par expérience qu’elles conditionnent le bon moral d’une troupe, facteur multiplicateur d’efficacité ou à contrario élément fondateur du renoncement ou de la révolte.

Sentinelle est aussi destructrice parce qu’elle renvoie à nos compatriotes une idée faussée de ce qu’est un soldat professionnel et ce que sont ses savoir-faire individuels et collectifs. En plagiant les modes d’action des forces de sécurité, défense statique des édifices ou présence mobile, ils sont réduits à un rôle de supplétifs avec qui plus est des équipements et un armement inadaptés.
C’est utiliser une voiture de sport en refusant de passer la seconde vitesse. Dans un contexte sécuritaire dégradé avec des moyens adaptés et complémentaires à ceux des policiers et des gendarmes, les forces armées sont un recours et leur présence dissuasive est rassurante. Mais quand la vie a repris son cours normal et que ce sont les bouchons en direction des stations de sports d’hiver qui occupent la une de l’actualité, qu’apporte réellement ce déploiement ostensible de militaires au cœur de nos villes ? Hier, ces soldats étaient remerciés, aujourd’hui ils laissent indifférents, je crains que demain le quidam leur reproche de ne servir à rien.

Sentinelle est enfin et surtout un énorme piège pour l’Armée de Terre qui a obtenu en contrepartie de cette mission un arrêt temporaire de la déflation de ses effectifs et l’autorisation de recruter. Ce nécessaire ajustement au regard du contrat opérationnel défini par le Libre Blanc de 2013 et les engagements voulus par le Président de la République est aujourd’hui perçu par l’opinion publique, sous l’effet conjugué des médias et des portes paroles ministériels, comme un privilège qui place cette Armée en position d’obligé. C’est pour elle et ses chefs, le grand écart entre l’excellence que requiert l’engagement à l’extérieur et l’indispensable solidarité nationale. A tout prendre cette même Armée de Terre risque d’y perdre sa crédibilité.

Les centres de recrutement sont parait – ils submergés de demandes de recrutement. L’occurrence de la guerre attire le soldat. Faut-il s’en réjouir ? Faut-il y voir un précautionneux pressentiment ou une vraie résilience dont nos décideurs seraient bien aise de s’inspirer ? Pour ma part, sans exclure la nécessaire voire indispensable réflexion sur la continuité entre défense et sécurité : Garde nationale, réserve opérationnelle ou autre formule qui demandera des moyens, de l’argent et du temps, j’estime qu’aujourd’hui, la place des cadres et des soldats, aviateurs et marins de nos armées professionnelles est à l’instruction dans les cantonnements, en formation dans les écoles et centres spécialisés, à l’entrainement dans les camps de manœuvre ou à la mer, au repos pour profiter d’une aération auxquels ils ont droit ou en projection sur les exigeants théâtres d’opération mais certainement pas à arpenter dans ces conditions le bitume de nos cités. »

Source:Secret défense.L'Opinion

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 28 Fév 2016 - 8:55

Il est évident que l'on use des soldats qui auraient mieux à faire et qui ne sont là que pour rassurer les braves gens.

Que peut une patrouille ou un groupe statique de 5 ou 6 hommes contre un ennemi banalisé, fondu dans la masse.

Au mieux ils auront droit aux premiers tirs d'élimination.

Dans des pays "difficiles" ou j'ai eu à vivre, on faisait patrouiller des hommes armés, en uniforme...C' étaient les chèvres. Quand le lion attaquait les chèvres, le ou les  chasseur(s), soigneusement banalisé(s) dans la foule ou le décor (ils pourront être marchands de journaux, tailleurs de pierres,vieux assis sur un banc, ou mendiants et n'importe quoi, selon les jours ou les occasions), avaient ordre de dézinguer le ou les lions...sans quartier.

Les missions de chacun étaient claires et bien établies et personne ne parlait de bavures au moindre incident ou accident.

Il faudrait savoir si on fait la guerre ou si on joue à rassurer la population

That is the question!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zitoune
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 28 Fév 2016 - 10:06

Glard a écrit:
Il est évident que l'on use des soldats qui auraient mieux à faire et qui ne sont là que pour rassurer les braves gens.
Bien sur, et encore, rassurer qui et ou ?
Ils sont présents et très vulnérables dans les grandes villes sur les lieux d'affluence, mais ailleurs ?
Je connais pas mal d'endroits ou ces musulmans pourraient faire de "beaux cartons"
Faut pas oublier qu'ils ont les blancs.
Revenir en haut Aller en bas
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 28 Fév 2016 - 10:52

Zitoune a écrit:

Je connais pas mal d'endroits ou ces musulmans pourraient faire de "beaux cartons"
Faut pas oublier qu'ils ont les blancs.

re,

Nuance subtile:On fait tout pour qu'ils aient les blancs...Drôle de partie d'échecs, non?

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Sam 2 Avr 2016 - 3:41

Bonjour,


L’opération Sentinelle surveille et protège près de 1.700 sites « sensibles »
(par Laurent Lagneau)


Lancée en janvier 2015, l’opération intérieure Sentinelle mobilise actuellement environ 10.000 militaires, appartenant essentiellement à l’armée de Terre. Comme l’a indiqué, à plusieurs reprises, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ce dispositif de surveillance des sites pouvant faire l’objet d’une attaque terroriste sera maintenu « aussi longtemps que nécessaire. »

Cette opération, qui répond à quatre objectif (dissuader, rassurer, protéger et, le cas échéant, intervenir), donne lieu à de nombreuses critiques car jugée inutile (« Vous pouvez placer un soldat devant tous les lieux présentant un risque – et vous n’en aurez jamais assez! – mais vous n’empêcherez pas l’ennemi d’aller trouver ailleurs une nouvelle cible molle et à haut rendement médiatique », dixit le général Vincent Desportes) ou vue comme servant de prétexte à renforcer les forces de sécurité intérieure à faible coût.

Quoi qu’il en soit, et selon les chiffres donnés par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors d’une intervention devant les députés de la commission de la Défense, le nombre total de sites surveillés sur l’ensemble du territoire s’élève « à près de 12.000″, dont 14% (soit environ près de 1.700) le sont par les militaires de l’opération Sentinelle.

« Environ 26% sont des sites religieux. Parmi ceux-ci, nous comptons 40% de sites chrétiens, 34% de sites musulmans et 26% de sites juifs. La répartition des forces par site entre les forces de sécurité intérieure et les armées est la suivante : 65% des sites juifs sont surveillés par les armées et 35% par les forces de sécurité intérieure; 8 % des sites musulmans sont surveillés par les armées et 92% par la police et la gendarmerie; 7% des sites chrétiens sont surveillés par les armées et 93% par les forces de sécurité intérieure », a développé M. Cazeneuve.

Du coup, 74% des sites surveillés n’ont pas de vocation religieuse. Il s’agit, comme l’a expliqué M. Cazeneuve, de points d’importance vitale, d’infrastructures sensibles, de lieux symboliques et d’installations industrielles. »

En outre, M. Cazeneuve s’est dit « absolument convaincu » de la nécessité de privilégier « impérativement » les patrouilles dynamiques par rapport aux gardes statiques.

« Nous savons qu’il est absolument impossible d’assurer, avec les 10.000 militaires engagés dans le cadre du contrat opérationnel et les 240.000 policiers et gendarmes, d’assurer des gardes statiques partout, dès lors que tous les sites sont susceptibles d’être visés », a souligné le ministre.

« Le dispositif des gardes statiques n’a pas le niveau d’efficacité souhaité; il est préférable d’y substituer des gardes dynamiques qui amèneront le terroriste, au moment où il veut frapper, à intégrer le fait qu’il peut, à tout moment, se trouver confronté à la présence de policiers, de gendarmes, de militaires qui mettront fin à sa course. C’est dans la dimension systématique de la patrouille dynamique, dans l’efficacité du cheminement de la patrouille dynamique sur le territoire où sa mise en œuvre est décidée et dans le caractère aléatoire de la rencontre entre l’unité de surveillance et le terroriste que réside l’efficacité des dispositifs que nous devons mettre en œuvre », expliqué M. Cazeneuve aux députés.

Par ailleurs, le ministre a fait état d’une « expérimentation » menée en Isère visant « à permettre à la gendarmerie d’engager, avec l’appui des militaires, des actions multiples de sécurisation dans le cadre de la lutte antiterroriste, comme du contrôle de zone à risque, du contrôle de circulation dans des zones de flux, dans des zones qui posent problème. » Et d’ajouter : « Il faudra en tirer toutes les leçons pour voir comment mieux articuler la relation entre les gendarmes, les forces de sécurité intérieure, et les militaires. »

En somme, comme en Guyane où militaires de la gendarmerie et des forces armées luttent en parfaite complémentarité contre les orpailleurs clandestins.

Source:Opex360

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Jeu 5 Mai 2016 - 9:42

Bonjour,

Sentinelle : Deux militaires poursuivis par la justice pour des menaces avec leur fusil d’assaut
(par Laurent Lagneau)


Il est souvent question, sur ce site, des bonnes actions réalisées par les militaires engagés dans l’opération intérieure Sentinelle. Mais il peut arriver qu’il y ait des dérapages, comme à Chambéry, dans la nuit du 30 avril au 1er mai.

Là, un soldat ayant profité d’un temps de repos pour se détendre en discothèque, a été violemment frappé alors qu’il tentait de séparer des personnes impliquées dans ue bagarre à la sortie de l’établissement.

Apparemment alcoolisé, ce soldat est alors parti chercher du renfort auprès de ses camarades avant de revenir, accompagné par deux d’entre eux, sur les lieux de l’altercation avec son Famas (fusil d’assaut). Caractère impulsif? Surmenage? Effets de l’alcool? Ou tout cela à la fois? Toujours est-il qu’il aurait menacé plusieurs personnes avec son arme.

Qui plus est, selon le procureur de la République, au moment de son arrestation, ce soldat a même menacé les policiers avant de se faire désarmer par ses camarades.

Les trois militaires, qui ne sont pas des chasseurs alpins (*), ont alors été placés en garde à vue. Et, finalement, le parquet a requis le placement en détention provisoire dans l’attente de leur comparution immédiate pour deux d’entre eux, aucune charge n’ayant pu être retenue contre le troisième.

(*) Chambéry est la ville de garnison du 13e Bataillon de Chasseurs Alpins

Source:Opex360

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Jeu 5 Mai 2016 - 11:43

Des noms ?
Revenir en haut Aller en bas
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Jeu 5 Mai 2016 - 14:49

Un de ces jours, ce sera plus grave ! La tension monte dans la Police, les Soldats subissent le même stress, avec en prime le sentiment de ne servir à rien !

Il suffit de voir le cirque de chaque soirée dans plusieurs grandes villes de France !...
Revenir en haut Aller en bas
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 6 Mai 2016 - 0:18

Bonjour,

On peut comprendre certains "débordements" mais là le "GV NG Masque à gaz" est allé chercher son arme pour aller régler ses comptes...C'est grave.
Il va y avoir forcément des retombées sur le chef de groupe...Quid de la surveillance de l'armement après le service?

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 6 Mai 2016 - 0:23

Bonjour

Bien sûr que c'est grave ! Mais c'était le risque... Si les flics et dans une moindre mesure, les gendarmes sont habitués à se faire traiter de tous les noms, se faire agresser, nos soldats, eux, n'y sont pas préparés !

Faire faire à des militaires un travail de flic ne nous a pas réussi par le passé ! Il semble que l'on n'ait toujours pas compris la leçon !
Revenir en haut Aller en bas
charly71

avatar

Nombre de messages : 2699
Age : 81
Localisation : Bourg en Bresse
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 6 Mai 2016 - 1:36

Lothy a écrit:

Faire faire à des militaires un travail de flic ne nous a pas réussi par le passé ! Il semble que l'on n'ait toujours pas compris la leçon !
Non, rien compris en "haut" (ils sont si bas !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zitoune
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 6 Mai 2016 - 9:13

Lothy a écrit:
Un de ces jours, ce sera plus grave ! La tension monte dans la Police, les Soldats subissent le même stress, avec en prime le sentiment de ne servir à rien !


Sans doute rien à voir avec le sujet mais je dois dire qu'ils gardent en général bien leur calme nos forces de l'ordre.


Surtout à la connaissance des chiffres....7603 membres de ces forces de l'ordre ont été blessés en 2014...plus de 18000 en 2015. Huit gendarmes et policiers y perdant la vie. (chiffres du ministère de l'intérieur)

La France apaisée ?
Revenir en haut Aller en bas
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Sam 7 Mai 2016 - 9:37

En semant des padalgam, en refusant la riposte immédiate des forces de l'ordre, on finira par récolter la guerre civile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 6:29

Bonjour,

Sentinelle: une armée de cibles dans les rues?


Un militaire français a été blessé avant-hier dans le Val d’Oise par un jet de pierre. Un épisode comme il en survient des centaines dans l’année, entre insultes, menaces et agressions physiques. Mobilisés pour faire face à la menace terroriste, les soldats représentent autant de cibles potentielles. Principalement pour les voyous jusqu’à présent. Mais potentiellement pour des terroristes.

Mercredi, aux alentours de 20h, des soldats en mission Sentinelle se retrouvent pris à partie dans un affrontement entre des policiers de la brigade anti-criminalité et des personnes contrôlées pour détention de cannabis. Les militaires sont alors déployés pour assurer la protection de la synagogue de Garges-les-Gonesses. Ne pouvant se mettre en retrait suffisamment vite du périmètre de la rixe -ils ne sont habilités que pour faire face au risque terroriste-, ils sont visés par plusieurs pierres. L’un des soldats est blessé au visage sans gravité par un projectile qui traverse la vitre de son véhicule. Il ne s’en rend compte qu'après coup.

Si le général de division Gaëtan Poncelin de Raucourt, qui a pris la tête du tout nouveau commandement du théâtre national, en charge du territoire français depuis le 1er juin dernier, tient à « souligner l’exemplarité des militaires chaque fois qu’ils ont été confrontés à des incidents », difficile d'avoir des chiffres sur les agressions. A l'Etat-major des armées, on nous explique ne pas y voir d'intérêt :

  Les actes malveillants pouvant viser des militaires de l’opération Sentinelle font l’objet d’un suivi très précis. Ils sont classés en 4 catégories : les insultes, les menaces, les surveillances mal intentionnées de nos militaires et les agressions donnant lieu à un dépôt de plainte. Ce suivi est effectué depuis le début de l’opération Sentinelle. Avec le recul dont nous disposons désormais, nous constatons que le nombre d’évènements recensés n’est pas significatif. Il est en tout état de cause trop faible pour pouvoir en tirer une quelconque conclusion statistique. Dans ces conditions, la publication de ces chiffres ne nous semble pas pertinente.

Dans un document consacré à Sentinelle publié par l’Institut français de relations internationales, des sources militaires parlent de 1300 incidents, toutes catégories confondues, survenus en Ile-de-France entre janvier et septembre 2015. Principalement des menaces et des insultes, parfois des agressions physiques. En janvier 2016, on décomptait encore de 3 à 6 incidents par semaine.

Violences et insultes

De nombreux observateurs s’accordent pour dire qu’on décompterait au moins plusieurs dizaines d'agressions physiques. Un officier affecté à un état-major local relève à propos de l’affrontement de Garges-les-Gonesses qu’il s’agit d’ « un incident relativement fréquent qui serait passé inaperçu si la presse ne s’en était pas saisi ».

Les précédents sont nombreux. On peut se souvenir d’une agression au cutter sur des soldats commise à l’aéroport d’Orly le 10 avril 2015 ; d’un homme qui avait tenté d’écraser des militaires le 1er janvier 2016 à Valence ; d’une blessure au cutter infligée à un soldat en gare de Strasbourg le 22 avril dernier… Des violences motivées spar des raisons idéologiques, le déséquilibre psychiatrique ou l’envie d’en découdre. Le colonel à la retraite Michel Goya note la régularité de ces événements sur son blog :

   On compte déjà une moyenne d’un incident par jour et d’une agression par mois(…). Les soldats de Sentinelle, immobiles, se sont trouvés également impliqués et malgré eux dans les mouvements sociaux violents de ses derniers mois.

Tous les militaires ne font pas face à des agressions graves. Mais nombreux sont ceux qui racontent le contexte tendu auquel ils font face, comme ce sergent affecté sur Paris qui se confie à iTELE :

  Je n’ai pas ressenti de menaces. J’avais des camarades bérets verts [NDLR : des légionnaires] sous mes ordres qui étaient plutôt bien bâtis. Mais des insultes lors des déplacements en RER sont assez fréquentes. Rien d’identitaire ou en lien avec les attentats. Ils savent tout simplement qu’il n’y aura pas de riposte. Nos bâtons télescopiques sont cassés, nos gazeuses sont vides, nos personnels ne sont pas accompagnés d’un officier de police judiciaire…

Faute d’être qualifiés comme officiers de police judiciaire, les militaires ne peuvent en effet ni contrôler ni interpeller des individus. L’octroi d’une telle habilitation est à l’étude depuis de nombreux mois au cabinet du ministre de la Défense. Les ordres donnés aux armées sont clairs : ils sont là pour faire face à la menace terroriste et doivent se replier s’ils sont confrontés à tout autre type d’incidents.

Des cibles faciles

Avec 10 000 soldats déployés sur l’ensemble de la France métropolitaine, dont 7000 sur l’Ile de France, Sentinelle a positionné de nombreux militaires dans les rues. Une importante proportion des effectifs occupe des positions statiques devant des sites identifiés eux-mêmes comme des cibles, ce qui les rend particulièrement vulnérables. Le risque est d’autant plus identifié par l’institution qu’il est depuis de nombreux mois interdit presque partout de se déplacer en uniforme pour aller de la caserne à son domicile.

Si un amateur de cannabis peut blesser un militaire à la tête avec un parpaing, que pourrait faire un combattant djihadiste déterminé ? Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI et fin connaisseur des stratégies contre-insurrectionnelles, évoque ce risque dans une étude sur Sentinelle :

   Ce dispositif expose par ailleurs les militaires à des menaces (voiture bélier, tir embusqué) sans riposte évidente. Le dispositif supposé assurer un effet dissuasif se retourne alors contre la force offrant des cibles aux adversaires potentiels.

Les soldats, eux, refusent de se voir comme des cibles. Le même sergent assure à iTELE être particulièrement déterminé : « Nous sommes « prêt à », « en mesure de ». Ces expressions typiquement militaires manifestent la préparation des hommes à toute situation. Fataliste, il estime tout de même qu’une attaque plus grave « arrivera tôt ou tard, ne serait-ce que pour l’impact médiatique et psychologique ».

Un autre soldat, parachutiste, qui a multiplié les missions Sentinelle ces derniers mois, assure ne jamais avoir eu peur pour sa sécurité. Il se montre pourtant sceptique sur l'intérêt de cette présence militaire dans les rues :

  Ce qui a changé ma vision de Sentinelle, c’est que nous ne sommes pas intervenus au Bataclan. Je comprends bien que ce soit le rôle du GIGN. Mais ça montre bien que nos armes ne servent à rien. S’il y a un forcené, la police est déjà là. Les colis piégés, on ne peut pas les détecter. On ne comprend pas bien à quoi on sert.

Source: itélé

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 6:40

.

Cette présence ne sert à rien...

Tout au plus à rassurer les civils ...

Il en est de même de la sécurité des fameuses Fan Zones... Qui protégera une pareille zone d'une grenade à fusil et surtout du mouvement de foule qui suivra?

Un simple coup de RPG7 tiré de 150-200 m dans une pareille foule aurait des résultats indirects impressionnants...


_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 8:08

Oui, 
Je ne peux que redire ce que j'avais écrit le 28 Février.
Et les Fan Zones...Comme le dit Paracolo,..... on fabrique des cibles énormes,  bien tentantes pour les terroristes.

Pour des raisons familiales j'étais hier à 18 h à Marseille...Il ne s'agissait que de rivalités entre supporter Anglais et Russes, avec quelques groupes de voyous Marseillais. Tous aussi "pleins" de bière, de vodka ou de pastis !
Des scènes d'émeute.

Et ce n'était pas une attaque terroriste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 8:59

Citation :
Et ce n'était pas une attaque terroriste
Certes non... et nos terroristes actuels sont des amateurs, des trèe petits joueurs à côté de ceux que nous avons eu à affronter...

Je ne veux pas leur donner d'idées, mais ils auraient avec de très petits moyens pu mettre le pays à feu et a sang...

Disperser les forces d'intervention avec plusieurs petites attaques simultanées, dans diverses villes...
Au lieu de bêtement jouer les bombes humaines ou les tireurs suicide ( je n'emploie pas le mot Kamikaze, ce serait leur faire trop d'honneur et déprécier le sentiment qui animait les pilotes Jinrai ôka )

Par contre, je me souviens d'une attaque au mortier par l'OAS d'un marché arabe... On s'installe , on tire quelques obus, on remballe, on s'en va tranquillement alors que tout le monde s'affole à 1000m de là...

On verrait les " Même pas peur"... Et pour qui n'a jamais vu une foule affolée...

.

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 9:09

Lothy a écrit:
Faire faire à des militaires un travail de flic ne nous a pas réussi par le passé ! Il semble que l'on n'ait toujours pas compris la leçon !
Je reviens sur cette réponse ...

Je pense au contraire que nous avons très (trop) bien réussi...

Au lieu de faire "balader" les rombiers, à lorgner les mini jupes des nanas, pourquoi ne pas boucler un quartier durant deux ou trois jours, faire ensuite fouiller systématiquement caves et habitations par des militaires accompagnés d'un OPJ?
En même temps, on pourrait contrôler les identités et ficher les occupants.

Cela permettrait sans doute des découvertes intéressantes, et asphyxierait les trafics en tout genre...

Après tout, il suffirait de relire Trinquier ... et d'appliquer!

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 9:23

Eh oui.

C'est comme ça qu'on a gagné la bataille d'Alger....

A ce moment là on voulait la gagner...

Il n'y a pas d'autres solutions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 9:30

.

La volonté ... c'est ce qu'il manque ...

...Par contre on réclame et on met des moyens... Les moyens sans volonté cela ne sert à rien...

A Alger nous étions, à peine 3 fois supérieurs en nombre à ce que l'on met en place aujourd'hui pour un simple match de Foot...

...Mais nos chargeurs étaient garnis et l'hésitation n’était pas de mise...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 10:18

Paracolo a écrit:

Par contre, je me souviens d'une attaque au mortier par l'OAS d'un marché arabe... On s'installe , on tire quelques obus, on remballe, on s'en va tranquillement alors que tout le monde s'affole à 1000m de là...

Le 21 mars 1962 ?
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 10:34

.

Je n'ai pas retenu la date du jour, mais effectivement c'était en mars 62...

Imagine ça sur une Fan zone...  Ou simplement une grenade de FLG...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 10:49

Tout est envisageable et il faut pas une grosse logistique.
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 10:58

.

Oui, et sans y laisser ses plumes comme cela vient de se passer à Orlando...

...On va voir si on va "être Orlando" et si la tour Eiffel sera illuminée en drapeau américain...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 11:21

Orlando !....

Parlons en !.... Les Américains ne semblent pas mieux prémunis que nous ! Pourtant, ils ne manquent jamais l'occasion de nous faire la leçon.

Il faudrait peut être se mettre au goût du jour et oublier les prouesses de nos Paras dans les rues d'Alger il y a près de 60 ans ! La délinquance est internationale désormais.

Mon propos ne plaira pas, mais je l'assume...
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 11:41

Citation :
Les Américains ne semblent pas mieux prémunis que nous !
Non, mais ils n'ont pas un bidasse à tous les coins de rue ... De plus les personnes armées ont pu riposter au tireur ... Limitant sans doute le carnage...

Citation :
Il faudrait peut être se mettre au goût du jour et oublier les prouesses de nos Paras dans les rues d'Alger il y a près de 60 ans ! La délinquance est internationale désormais.
Parce qu'a l'époque elle ne l'était pas ?

Je me demande bien pourquoi nous avons construit la ligne Morice à la frontière Tunisienne et ainsi qu'un barrage à la frontière marocaine...
Pourquoi avons nous participé (fomenté) l’expédition de Suez... Les bateaux chargés d'armes arraisonnés ou détruits ne venaient pas de France...etc.. etc...

Si la rébellion n'avait pas eu des soutiens et des refuges internationaux elle n'aurait pas tenu un an...

Il en est d'ailleurs de même en Indo ... Dien sans les chinois aurait pris une toute autre figure...

.

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 11:50

Ne joue pas sur les mots !

A cette époque nous étions vendus par nos pseudos alliés ! Ou ceux qui avaient envers nous les mêmes revendications que le FLN.

Les bagarres de rues de fan zones n'ont rien à voir avec ce qui se passait à cette époque.

Quant aux armes détenues par les gens qui s'amusaient en boîte de nuit à Orlando, elles n'ont pas évité les morts et les blessés....
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 12 Juin 2016 - 11:57


Ceux qui ne sont pas morts grâce à la riposte ne pensent pas comme toi...

Quel rapport entre les bagarres et l'action des Paras il y a 60 ans ... Personne n'a parlé des bagarres...

Je n'ai pas l'habitude de jouer sur les mots ...

Par ailleurs si tu appelles ancien alliés, l'URSS, la Tchécoslovaquie, l’Égypte, l'Allemagne... etc Alors je ne sais que te rependre...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 0:54

Le jour où j'ai mis ce texte en ligne, j'aurais bien fait de m'abstenir, une fois de plus....
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 5:58

.

Bonjour... Pourquoi dire cela ?

Au contraire, il permet de réagir et de dire ce que l'on en pense.

Il convient malgré tout de rester sur le fil du sujet, et lorsque je parle d'attentat terroriste éventuel sur les fans zones, ne pas me répondre en parlant de bagarres entre supporters...

Quant aux américains, je suis le premier à leur trouver pas mal de défauts, et je ne me prive pas de leur dire - Jusqu’à, et c'est arrivé il n'y a pas longtemps, à faire un cours d'histoire devant un parterre de Rangers... "Nobody told us this in school", mais ils ont aussi d'énormes qualités...
...Je ne les ai pas entendu donner de leçons lors de l'attaque de Charly ou du Bataclan, au contraire, ils ont eu une attitude digne et un véritable élan de compassion à l'égard de la France... J'ai personnellement reçu des témoignages de sympathie venus par mail ou de vive voix par les voisins...

Eh oui ici on se parle entre voisins, on se salue en passant dans la rue ... Même si on ne se connait pas...

Alors moi, l'anti américanisme primaire... Bon je suis hors sujet et je m'énerve ... Alors je coupe

Bises, ma belle




_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 6:02

Paracolo a écrit:
 Bon je suis hors sujet et je m'énerve ... Alors je coupe

Bises, ma belle

Moi aussi, donc mieux vaut arrêter là....

Bonne journée Boss ! J'ai "fini" la Garde du Diable Wink

Bises à toi aussi
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 6:06

.

Ne sois pas fâchée, tu sais que j'ai l'habitude de dire ce que je pense... A tout le monde, et c'est bien ce qui m'a valu de solides ressentiments sur l'ancien forum...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 6:21

Paracolo a écrit:
.
Ne sois pas fâchée, tu sais que j'ai l'habitude de dire ce que je pense...

Je ne suis pas fâchée... Moi aussi j'ai cette habitude, et encore ici, je me modère !

Seul regret, il est plus difficile d'argumenter par écrit que lors d'une conversation...
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Lun 13 Juin 2016 - 6:48

.

Quoi que " les paroles s'envolent... les écrits restent"... Ce qui évite les "je n'ai pas dit cela"... Wink

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 17 Juin 2016 - 8:32

Bonjour,

Voici la suite de ce que j'avais rapporté plus haut:
Manta210 a écrit:


Sentinelle : Deux militaires poursuivis par la justice pour des menaces avec leur fusil d’assaut
(par Laurent Lagneau)

Sentinelle : Deux militaires du 2e RIMa condamnés pour un incident à Chambéry
(par Laurent Lagneau)

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai, un soldat du 2e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa), âgé de 21 ans, a été impliqué dans une rixe alors qu’il était sorti pour prendre un verre à Chambéry, où il avait été déployé dans le cadre de le cadre de l’opération intérieure Sentinelle.

C’est alors que, manifestement sous l’emprise de l’alcool, il est parti chercher du renfort auprès de ses camarades avant de revenir sur les lieux de l’altercation avec deux d’entre eux, dont un sergent, tout étant armé de son Famas (fusil d’assaut), avec lequel il a menacé des civils. Alertée, la police est rapidement intervenue. Sur place, et alors que le trio avait disparu, un témoin a précisé aux policiers qu’il s’agissait de militaires.

Ces derniers se sont donc rendus au Cirfa local, où logeaient les militaires du 2e RIMa. Là, le marsouin éméché les a menacés avec son Famas, avant d’être désarmé par le sergent qui l’avait accompagné sur les lieux de la rixe.

C’est ainsi que le marsouin et le sergent ont été inquiétés par la justice, aucune charge n’ayant été retenue contre le dernier membre du trio. Et, plus d’un mois plus tard, le tribunal correctionnel de Chambéry a rendu son verdict.

Le marsouin de 21 ans, Paul H., a donc été condamné à 3 ans d’emprisonnement, dont 30 mois avec sursis (soit 6 mois ferme). Cette peine est assortie d’une mise à l’épreuve de 2 ans, d’une obligation de suivi psychologique et d’une interdiction de port d’arme.

La peine infligée au sergent est plus légère (quoique…) : ce dernier a été condamné à un an de prison avec sursis avec 5 ans de mise à l’épreuve et une interdiction de port d’arme pour une période de 6 mois. Pour sa défense, il a expliqué avoir aussi pris son arme pour défendre, le cas échéant, le soldat Paul H. « J’ai tout faux, j’aurais dû appeler ma hiérarchie et la police », a-t-il admis à la barre.

Les deux hommes étaient récemment revenus du Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane, avant d’enchaîner sur une mission Sentinelle à Chambéry.

D’après l’expertise psychologique demandé par son avocat, rapporte le quotidien Le Monde, Paul H., qui s’en veut d’avoir « déshonoré son régiment », présenterait, « à l’évidence », un « syndrome post-traumatique qui n’a pas été traité. » Est-ce que cela a pu influencer le tribunal? Rien n’est moins sûr…

Source:Opex360

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 17 Juin 2016 - 8:41

.

Pauvre France...

6 mois ferme... plus que les casseurs de l’hôpital Necker...

J'aime bien, les tribunaux qui interdisent le port d'armes aux militaires...

Dans quel état j'erre...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 17 Juin 2016 - 9:05

Pauvre France, tu as raison, et pauvre de nous.

Utiliser des soldats quasiment désarmés pour des gardes statiques c'est contre-productif a tout point de vue. Je l'ai déjà écrit sur le forum. A fortiori dés leur retour d'une OPEX pas facile.

Passer d'une zone d'insécurité , ou ton arme fait partie de toi même le  jour comme la nuit , à une zone ou tu ne fais que de la figuration avec une "quasi arme" inactive.... est certainement une épreuve psychologique pas facile à gérer.

Plusieurs fois, revenant de secteurs vraiment  pourris ou on dormait avec un flingue sous l'oreiller, un simple bruit dans la maison en métropole,  déclenchait un réveil brutal avec recherche automatique du flingue...qui n'était évidemment pas à la place habituelle...Séquence ou on se sent ridicule, suivie d'insomnies de plusieurs heures...Il faut du temps pour se rééduquer...

Les pauvres militaires condamnés devraient poursuivre les commanditaires de l'opération "Sentinelle" pour leur avoir confié une mission de police, sans la formation nécessaire...
La faute incombe à l'employeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Ven 17 Juin 2016 - 9:08

.

Va expliquer ça, à des gus qui n'ont même pas fait leurs SM...

...Seul, peut être, le colonel Placé des FS, pourrait peut être comprendre Wink

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Sam 18 Juin 2016 - 13:33

Matière à réflexion... J'ai trouvé ces deux articles concernant le sujet qui sont intéressants.
 

A partir de quel montant accepte-t-on l’échec ? En finir avec l'opération Sentinelle




par Michel GOYA
 
La France a cette particularité, lorsqu’elle est attaquée sur son sol d’envoyer ses soldats dans ses propres cités et non celles de l’ennemi. Cela ne sert généralement pas à grand' chose sinon à rassurer la population, ce qui n’est pas rien, et surtout à se donner à peu de frais une posture d’homme d’Etat énergique, ce qui est plus minable. Je garde ainsi toujours un souvenir ému de la mission Garde aux frontières lancée avec force effet de menton en 1986 par le Premier ministre de l’époque, à la suite d’une série d’attentats à Paris. Le même Premier ministre qui regardait vers l’horizon, c’est-à-dire l’élection présidentielle de 1988, savait pertinemment que ces attentats étaient liés à notre contentieux avec l’Iran. Je me suis donc retrouvé logiquement à aider douaniers et policiers de l’air et des frontières à surveiller la frontière luxembourgeoise tandis que d’autres camarades barraient le Rhin ou les Pyrénées de leurs corps.
 
La mission fut un succès total puisqu’aucun terroriste ne pénétra sur notre territoire durant le temps de cette mission. Bien évidemment avec nos chargeurs enveloppés de plastique dur thermosoudé et nos règles d’engagement nous n’étions pas prêts à faire face à une attaque rapide un peu sérieuse, mais cela importait visiblement peu, l’essentiel étant que nous soyons visibles. Que pendant ce temps-là nous ne entraînions pas ou ne puissions être engagés sur quelque chose qui correspondait plus à nos compétences et notre mission première comptait encore moins. On eut au moins la sagesse à l’époque de démonter discrètement le dispositif, avant de le réactiver cinq ans plus tard sous la forme de Vigipirate.
 
Lorsque débute l’année 2015, on attend toujours le bilan officiel de presque vingt-cinq années deVigipirate. Combien cette dizaine de millions de journées de présence/homme (à peu près l’équivalent de l’engagement français en Afghanistan) a-t-elle permis d’appréhender ou d’aider d’appréhender de terroristes ? Combien d’attaques et d’attentats ont-ils été évités grâce à ce dispositif ? Pour avoir travaillé dans le retour d’expérience dans l’armée de terre, je ne me souviens pas être jamais tombé sur un bilan de ce genre. On pourra rétorquer que, par principe, on ne voit pas forcément les résultats d’une dissuasion, mais lorsqu’un dispositif est aussi visible et facilement contournable peut-on vraiment parler de dissuasion ? Des poteaux empêchent-ils une inondation ?
 
Ce qui est certain, c’est que Vigipirate n’a en rien empêché ou entravé les attentats de 1995 ni les attaques de janvier 2015. Qu’à cela ne tienne, cela ne sert à rien donc il faut augmenter les doses. C’est de toute façon tout ce que l’on peut montrer de visible sans prendre de risques. Voici donc, alors que la France a été attaquée par seulement trois salopards, que l’on engage maintenant 10 000 hommes. C’était effectivement ce qui était prévu pour une intervention des armées sur le territoire national métropolitain, mais pour une situation d’urgence, comme une catastrophe naturelle, et limitée dans le temps comme la protection d’événements particuliers (où contrairement à des attaques visant toute la population il est possible de savoir quoi protéger).
 
Les auteurs des attaques étant déjà neutralisés à son déclenchement, l’opération Sentinelle n’avait évidemment plus d’effet sur la menace en cours, on l’a maintint néanmoins et sans limite de temps. On pouvait arguer que cela pouvait en prévenir d’autres mais les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets, c’était évidemment s’exposer, comme cela n’a pas manqué hélas, à de nouvelles déconvenues à cet égard. Personne n’était vraiment dupe. Il s’agissait surtout d’une surenchère anxiolytique. Se sentant obligés de montrer qu’il faisait quelque chose, le « médecin » augmentait simplement très largement les doses d’un médicament placebo déjà appliqué, en lui donnant simplement un nouveau nom.
 
Les armées, l’armée de terre en particulier, étaient complices de ce subterfuge car cela permettait de faire face à des menaces bien plus dangereuses pour leur survie que Daech. Quelques jours après les attaques, le Premier Ministre annonçait que nous étions en guerre (les aviateurs de l’opération Chammal et les soldats de Barkhane ou avant eux de Serval faisaient sans doute de l’humanitaire) mais en prenant soin de ne pas nommer d’ennemi (« le terrorisme » n’est pas un ennemi). Le Président annonçait ensuite comme mesure majeure que « le budget de la défense serait intégralement respecté », ce qui montre au passage qu’il était prévu qu’il ne le soit pas. Quelques mois plus tard, c’est l’arrêt de la poursuite (suicidaire) des réductions des effectifs qui était décidée, accompagnée de quelques financements supplémentaires. Ces inflexions face à ce qui n’aurait jamais dû être une surprise témoignaient du peu de cohérence de notre politique, autre qu’électorale, mais elles étaient bienvenues, au moins pour les armées, le ministère de l’intérieur voyant plutôt cette intrusion de très mauvais œil (Ah la colère du ministre lorsqu’un préfet a fait appel à une unité de l’armée de terre pour boucler le quartier de Saint-Denis investi en novembre !).
 
Ce faisant, avec ce cache-misère, on plaçait des milliers de nos soldats en situation de pots de fleur avec ce premier risque d’en faire des cibles relativement faciles pour qui veut à s’attaquer à des militaires français. On compte déjà une moyenne d’un incident par jour et d’une agression par mois dont une, le 1er janvier 2016, avec une voiture. Les soldats de Sentinelle, immobiles, se sont trouvés également impliqués et malgré eux dans les mouvements sociaux violents de ses derniers mois. Des milliers d’hommes armés de fusils d’assaut et des dizaines de milliers de munitions, c’est une goutte d’eau par rapport à tout ce qu’il faudrait protéger, c’est néanmoins suffisant pour provoquer statistiquement des tirs par erreur de manipulation, surréaction voire volonté meurtrière. Avec des milliers de manipulation d’armes chaque jour, les incidents sont inévitables. J’ai connu le changement des procédures de désarmement, en pleine opération en 1986. J’avais alors calculé que ce changement permettait de moins user les percuteurs mais multipliait aussi par trois les risques d’incidents et donc aussi de désastre. Ce système est toujours le même. On s’est contenté de mettre en place des « témoins d’obturation de chambre » (TOC) qu’il faut armer pour l’enlever avant de pouvoir tirer. Sans entrer dans le détail, cette manipulation peut entraîner le blocage de l’arme, ce qui intervient dans environ 1/3 des cas.
 
Comme bien sûr Sentinelle n’était pas prévue, pour durer en tout cas, et qu’on s’est empressé depuis des années à solder les installations militaires, les conditions de vie de nos soldats ont dû être improvisées parfois jusqu’à l’indigne. Bien sûr, les périodes d’entraînement collectif ont été drastiquement réduites (d’un ordre de grandeur de moitié environ). Bien sûr, tout cela a fortement perturbé la gestion complexe des stages de formation individuelle et même celle des opérations extérieures. Bien sûr enfin, cette mission qui n’est pas forcément la plus exaltante est venue s’ajouter à une charge de travail et des conditions de travail dégradées (faut-il reparler des bases de défense, de la « gestion des parcs », de l’empilement de la réglementation de sécurité ou du prodigieux logiciel Louvois ?) dans une armée fondée sur le volontariat. Que nos soldats soient dégoûtés, et beaucoup le sont désormais par la manière dont ils vivent, et notre capital humain se dégradera avec les conséquences que cela peut avoir, comme la multiplication des accidents. Accessoirement enfin, c’est environ un million d’euros qui est dépensé chaque jour pour Sentinelle, tout cela pour ajouter 10 000 hommes à 240 000 policiers et gendarmes.
 
Surtout et comme il se doit, cette nouvelle opération Sentinelle a continué à ne pas empêcher les attaques, individuelles d’abord comme celle du train Thalys en août 2015, multiple ensuite avec l’assaut du 13 novembre. On aurait pu imaginer à cette occasion que les unités puissent au moins intervenir efficacement en réaction. Cela n’a pas été le cas, en grande partie, et c’est sans doute le plus rageant, car rien n’avait pas été prévu pour ça. Les unités de Sentinelle les plus proches des événements sont bien intervenues de leur propre initiative et « au son du canon », dans la confusion. La coordination s’est presque toujours effectuée sur place avec les policiers et en excellente entente avec eux.  Rue de Charonne, il était trop tard pour empêcher le massacre mais l’intervention d’un groupe de combat a largement facilité l’organisation des secours et donc, directement ou non, sauvé des vies. Face au Bataclan, déconnecté du réseau radio de police ACROPOL (resté sur les postes fixes), le groupe de combat est arrivé à 22h sans savoir qu’il y a une prise d’otages en cours. Ce n’est que lorsque le groupe et les policiers ont été eux-mêmes pris à partie par des tirs de kalashnikovs qu’ils ont pris les dispositions de combat. Plusieurs blocages sont alors intervenus. L’ouverture du feu n'a pas été accordée par la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP) et le chef de groupe n’a pas pris l’initiative de désobéir pour pénétrer dans le Bataclan. Il est vrai que le doute subsistait sur une possible prise d’otages, situation pour laquelle, il n’était pas formé. De toute manière les manipulations des TOC avaient bloqué plusieurs Famas, ce qui suffisait à désorganiser une action tactique (mais pas à l’empêcher). A 22h30, des responsables de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) sont arrivés sur place. Le groupe Sentinelle a alors été placé en mission de couverture avant l’assaut de la BRI qui eu lieu deux heures plus tard.
 
Qu’on en soit à un tel point trois ans après l’attaque de Mohammed Merah et dix mois après l’attaque de Charlie Hebdo est à pleurer. Peut-être qu’en arrêtant de traiter chaque attaque comme un cas isolé de délinquance psychopathique mais plutôt comme des éléments autonomes d’un plan organisé on ne donnerait pas l’impression d’être surpris à chaque fois. Pire encore, tout se passe comme si on n’avait pas prévu une seule seconde qu’il faille faire face en France à une attaque multiple, un mode d’action pourtant utilisé depuis des années, et que des militaires puissent y être impliqués. A cet égard, le passage sur la nouveauté de ce type d’attaque terroriste dans le Qui est l’ennemi ? écrit par le cabinet du ministre de la défense ne cesse de surprendre et d’inquiéter. 
 
Une telle rigidité des services de sécurité mêlée de rivalités internes, une telle absence d’autocritique, un tel refus de toute critique extérieure (les « pseudo-experts auto-proclamés, ou les « stratèges dans un fauteuil » !) témoignent d’un amateurisme criminel. Les soldats et les policiers intervenant sur le terrain ne sont pas en cause. Ils constituent, selon l’expression de Stéphane Berthomet, le gardien de but de l’équipe, celui qui se retrouve à agir dans l’urgence et en dernier pour rattraper l’échec de tous les autres.
 
Après l’Euro 2016, où le dispositif peut avoir son utilité momentanée, il faut en finir avec cette opération Sentinelle qui, en affaiblissant les armées, nous affaiblit plus qu’elle ne nous sert dans cette guerre. Le slogan officiel, dit de « l’argument Kidal » (« on ne comprendrait pas que les soldats qui défendent les Français à Kidal ne le fassent pas à Paris ») est spécieux. Dans ce cas, envoyons aussi des CRS à Kidal. En admettant que leur syndicat trouve un hôtel à leur standing, ils participeront à des raids de recherche et destruction. Les missions de police et de guerre, il faut le répéter, ne sont pas identiques et ne doivent pas être confondues. Ce ne sont pas les mêmes tactiquement, ce ne sont surtout pas les mêmes stratégiquement, les premières relevant du maintien de l’ordre et les secondes de la politique (celle qui va au-delà des prochaines élections). S'il faut plus de présence policière, ce que je crois, pourquoi a-t-on accepté en toute connaissance de cause sa réduction ? Si le renseignement intérieur est aussi important, ce qui ne fait aucun doute, pourquoi avoir monté une telle usine à gaz ?
Il y aura d'autres attaques ennemies et la guerre est loin d'être finie. Il est temps d'être sérieux. 






 Défense : l’opération « Sentinelle » pourrait être abandonnée en 2017
Source, journal ou site Internet : le Figaro
Date 9 juin 2016
Auteur : Alain Barluet



Le dispositif mis en place après l'attaque terroriste contre Charlie, en janvier 2015, et prévoyant le déploiement de 10.000 militaires sur le territoire français ferait l'objet d'une réflexion en vue de son abandon l'an prochain.
La page va-t-elle bientôt se tourner sur l'opération «Sentinelle»? Au ministère de la Défense, certains plaident en ce sens et une réflexion pourrait être engagée après l'Euro de football en vue de l'abandon, dès l'an prochain, de ce dispositif qui a vu le déploiement de 10.000 militaires dans les rues françaises pour lutter contre le terrorisme. «Il n'y a pas d'opération militaire à laquelle il ne faille pas, un jour, mettre un terme», indique une bonne source en soulignant notamment que «plus on se place dans la durée, plus les risques de contournement et la vulnérabilité augmentent». Lors des matchs de l'Euro, «Sentinelle» sera porté à son maximum, soit 10.000 militaires, dans un contexte où la menace terroriste est jugée élevée. Ces effectifs avaient déjà été atteints après les attaques du 13 novembre dernier à Paris et après celle contre Charlie, en janvier 2015, à la suite de laquelle ce dispositif avait été mis sur pied en un temps record, notamment pour protéger les sites «sensibles», telles les synagogues. «Ce n'est pas possible de continuer avec un système dans lequel autant d'hommes sont engagés», insiste une bonne source militaire. Cet emploi massif de militaires sur le «territoire national» (TN) à des fins sécuritaires, inédit depuis la guerre d'Algérie, n'a cessé de faire débat. Experts, politiques -surtout à droite- et militaires eux-mêmes questionnent la pertinence et l'efficacité d'un tel déploiement pour une mission -la lutte anti-terroriste- habituellement dévolue aux forces de sécurité (police, gendarmerie…). Une telle mobilisation a fortement pesé sur le fonctionnement de l'armée, au détriment notamment de l'entrainement. L'évolution du dispositif dans le sens d'une meilleure complémentarité et d'une plus grande mobilité -les gardes statiques sont dorénavant minoritaires- n'ont pas fait taire les critiques. «Dans l'histoire des guerres, les dispositifs qui perdurent sont des dispositifs perdants», relève-t-on encore. Certains étaient allés jusqu'à comparer «Sentinelle» aux fortifications de la Ligne Maginot, contournées par l'armée allemande en 1940. Un tournant devrait être pris à l'issue de l'Euro, quelle que soit la façon dont se déroule cet événement. «Un changement de niveau doit impliquer un changement de nature», relève une bonne source en excluant un simple «reformatage» à la baisse du dispositif. L'ouverture d'une réflexion sur «Sentinelle» ne devrait toutefois pas conduire à son abandon avant plusieurs mois. La réversibilité d'un tel déploiement -dont les effets de réassurance sur les Français sont loin d'être nuls- demeure politiquement sensible. Mais il apparaît de moins en moins probable que l'opération militaire sur le «TN» survive à l'échéance présidentielle de mai 2017.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Sam 18 Juin 2016 - 14:56

.

Voilà un bien bel article...

Citation :
cela permettait de faire face à des menaces bien plus dangereuses pour leur survie que Daech.
au moins cela aura sauvé le 3...

Sentinelle, ne sera , à mon sens, pas levé avant les élections... On va refiler le bébé et on aura beau jeu de dire en cas de nouvel attentat, " l'opposition à relevé sentinelle faisant fi de la sécurité des français."
Il en est de même avec toutes le augmentations et cadeau divers qui auront tous lieu, pour ce que j'arrive à en savoir ici, "en 2017"... après mai de préférence...

Avant de penser à l'entrainement de notre armée, encore une fois d’après ce que j'en entends par mes contacts, mes amis et les quelques militaires de ma famille, on ferait bien de la passer au crible et d'en écarter les éléments sujet à caution... plutôt que d’aménager des salles de prière et d'obliger tout le monde à manger des rations "vertes"...

Le prochain attentat viendra peut être de nos rangs...

.


_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Glard

avatar

Nombre de messages : 2180
Age : 75
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 10/08/2015

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Sam 18 Juin 2016 - 22:55

J'ajoute encore un article intéressant pour confirmer ce qu'a clairement exprimé Paracolo ;

L’Empire romain est tombé parce qu’il a confié la garde de ses frontières aux Barbares.

Omar Mateen, l’Américain d’origine afghane responsable de la tuerie d’Orlando, était agent de sécurité. Il détenait des armes légalement et pouvait s’entraîner non moins légalement.

Omar Mateen est pourtant décrit comme « instable et violent ». Et selon USA Today, un policier ayant travaillé avec lui s’était plaint auprès de ses employeurs de ses commentaires « homophobes » et « racistes ». Mais la société G4S Security avait estimé ne rien pouvoir faire « parce qu’il était musulman ».
La tuerie d’Orlando devrait attirer l’attention sur le risque pris par les sociétés occidentales en confiant leur sécurité à des sociétés de sécurité privées car celles-ci recrutent préférentiellement au sein des minorités ethniques. Et leurs agents, même lorsqu’ils sont déviants, sont protégés par l’idéologie et les lois antiracistes.
Il est, d’ailleurs, interdit de poser le problème. Pour avoir posé la question, des vigiles musulmans assurant la sécurité (!) du Bataclan, le chanteur Jesse Hugues, chef des Eagles of Death Metal, a heurté la bien-pensance. Jesse Hugues a aggravé son cas en répondant oui au magazine canadien Takimag qui lui demandait si « la peur d’offenser les musulmans [était] l’arme la plus grande des terroristes ». Un propos jugé si choquant que Jesse Hugues, qui était invité, en août prochain, à se produire à Rock en Seine (le spectacle rock de la région Ile-de-France), a été censuré – pardon, « déprogrammé », en novlangue. C’est dire si certains sujets sont interdits !
Eh bien, grâce à Boulevard Voltaire, je vais poser les questions qui fâchent : est-il normal que 80% à 90% des agents de sécurité privés dans les musées parisiens, les aéroports des grandes métropoles, les grandes surfaces commerciales soient issus des minorités ? Est-il juste que les Français et les Européens de souche soient de facto discriminés (parce que si un contrôle avec un Africain ou un Maghrébin tournait mal, ils ne manqueraient pas d’être accusés de « racisme ») ? Est–il prudent que les agents de sécurité soient souvent recrutés dans les quartiers et au sein des milieux d’où vient la délinquance ? Est-il sage, pour se protéger du terrorisme islamique, de recruter à la va-vite des agents de sécurité en grande majorité musulmans ? Et est-il vraiment opportun, comme l’envisagent Bernard Cazeneuve et certains responsables du ministère de l’Intérieur, de les armer ?

L’Empire romain est tombé parce qu’il a confié la garde de ses frontières aux Barbares. Désarmer les Français de souche en leur interdisant le port d’armes tout en confiant notre sécurité intérieure aux minorités ethniques relève de la folie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manta210

avatar

Nombre de messages : 5855
Age : 45
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 19 Juin 2016 - 1:03

Paracolo a écrit:
.

on ferait bien de la passer au crible et d'en écarter les éléments sujet à caution...
Le prochain attentat viendra peut être de nos rangs...

Bonjour,

Pour ce faire, il faut une bonne dose de courage, chose que bon nombre de nos politiques ne semblent pas posséder ni même connaître.
Pour le reste, souvenez-vous que Merah voulait intégrer l'armée avant de devenir terroriste!!

_________________
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 19 Juin 2016 - 3:06

Manta210 a écrit:

Pour le reste, souvenez-vous que Merah voulait intégrer l'armée avant de devenir terroriste!!

Le sentiment de rejet a déjà eu par le passé des répercussions aussi dramatiques que le comportement de Merah, chez des hommes dont l'armée n'avait pas voulu !

Ce n'est pas une raison pour y accepter n'importe qui, ça va de soi !

C'était un des aspects positifs du bon vieux Service... Donner une famille à ceux qui s'en cherchaient une !....
Revenir en haut Aller en bas
Paracolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 19 Juin 2016 - 6:09

.

Je n'ai rien à ajouter... Hormis que l'on avait armé les FSNA, et cela à quasiment toujours mal fini... Armes munirions et approvisionnements sont quasiment toujours passés au FLN... Quant ce n'étaient pas les hommes ...Oiseau bleu Kobus, Belounis et autres groupes d'auto défense...

Aujourd'hui le vocable FSNA n'existe plus, on se gargarise de "français", sans oser dire qu'ils parlent mieux l'arabe que le français, mais la novlangue n'y change rien...

Tous les musulmans ne sont pas des terroristes mais tous les terroristes sont des musulmans...

_________________
« La parole qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes ; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang » (Alfred de Vigny)
Le danger aujourd'hui, n'est plus le bruit des bottes...
...Mais le silence des babouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paras-pth.forumactif.com
Lothy
Invité



MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   Dim 19 Juin 2016 - 6:15

Paracolo a écrit:
.
Tous les musulmans ne sont pas des terroristes mais tous les terroristes sont des musulmans...

Lesquels dans la plupart des cas, sont présentés par nos journaleux et politicards comme français, belges, américains et j'en passe !

Hélas, c'est vrai pour la nationalité officielle....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération "Sentinelle"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération "Sentinelle"
Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras de tous les horizons :: Histoire :: Un peu d'histoire... :: Nous sommes en guerre....-
Sauter vers: